L’UDMF (Union des démocrates musulmans de France) abandonne la joute départementale

Et finalement, ils se retirent. Après avoir annoncé son intention de se présenter aux élections départementales du 22 et 29 mars 2015, l’UDMF (Union des démocrates musulmans de France) abandonne, malgré le fait d’avoir réuni l’argent nécessaire pour se présenter, tout du moins dans le 12ème canton marseillais. Désireux initialement de présenter des candidats dans d’autres cantons, notamment dans le nord, le parti a revu à la baisse ses perspectives pour se cantonner, c’est le cas de le dire, au 12ème canton de Marseille donc. Le retrait des candidats des autres cantons de France était dû selon eux à des pressions subies ainsi qu’à un problème de financement. Mais finalement, ils se retirent totalement et complétement de cette élection, bien que dans ce canton marseillais, et comme ils l’on annoncé eux-mêmes, la dynamique était énorme. A croire qu’ils tiennent à donner raison à Michel Houellebecq et son Parti des Musulmans de France.

udmf

Peine perdue. Les quatre candidats marseillais – Bruno Pérez, Houria Medjbar, Mustafa Nechadi, Fadila Taghouti – abdiquent après disent-ils des pressions subies et une ambiance malsaine qui ne leur permet pas de se présenter dans des conditions sereines. Serait-ce donc un drame pour notre démocratie ? S’ils répètent qu’ils ne sont pas un parti confessionnel, force est de constater que l’appellation de leur parti ne laisse aucun doute sur la nature générale de leur parti. Il suffit d’ailleurs de lire leur programme sur leur site internet (http://udmf.fr/questions.html) pour se rendre compte que les pseudo-mesures politiques proposées par ce groupe sont uniquement confessionnelles : voiles à l’école, entrée de la Turquie en Europe, une finance islamique qui se développerait – se différenciant par la non-pratique de l’usure -, et tous les bons sentiments d’humanistes ne désirant que la démocratie et le paisible du vivre-ensemble. En désaccord évidemment avec les divisions incessantes diligentées par les autres partis qui stigmatiseraient sans raison une catégorie de population.

voile-école geluck

Pêle-mêle sur la page de garde de leur site, quelques sentences qui ne laissent que peu de doutes sur la nature strictement confessionnelle du parti :

– « La laïcité, contrairement à l’amalgame qui en est fait aujourd’hui, n’est pas l’opposé de la foi. C’est la croyance, sincère et fraternelle, en une société meilleure, plus humaine et ouverte vers l’Autre. ». La laïcité n’est donc la stricte séparation du religieux et du civil, du politique, de l’État. La laïcité, sobrement revisitée devient la croyance en un avenir meilleur de vivre-ensemble (communautariste visiblement, vivre ensemble mais chacun chez soi).

– « Un pays qui interdit à une élève voilée d’avoir accès à la connaissance n’est plus un état démocratique mais un état totalitaire. » Sans doute une des plus belles pensées de cette vision programmatique digne de nos plus belles autorités musulmanes. Interdire le port du voile à l’école ou à l’université ferait donc de la France un pays carrément totalitaire, liberticide. Cela s’explique, de fait, par leur vision de la femme voilée, retranscrite ci-dessous.

– « L’Islam, paradoxalement à ce que l’on sous-entend aujourd’hui, est venu libérer la femme de la position dégradante dans laquelle elle se trouvait avant son avènement. » L’Islam est donc une philosophie, bien voilée, de libération de la femme, d’une amélioration de sa condition féminine, fixée dans le Coran. Ils vont jusqu’à proposer cette citation de Voltaire pour confirmer cette vision profondément féministe :  » Ce fut principalement contre les Turcs devenus mahométans que nos moines écrivirent tant de livres, lorsqu’on ne pouvait guère répondre autrement aux conquérants de Constantinople. Nos auteurs, qui sont en beaucoup plus grand nombre que les janissaires, n’eurent pas beaucoup de peine à mettre nos femmes dans leur parti : ils leur persuadèrent que Mahomet ne les regardait pas comme des animaux intelligents ; qu’elles étaient toutes esclaves par les lois de l’Alcoran ; qu’elles ne possédaient aucun bien dans ce monde, et que dans l’autre elles n’avaient aucune part au paradis. Tout cela est d’une fausseté évidente ; et tout cela a été cru fermement. «  (Oeuvres, volume 26) Omettant de dire que si Voltaire considéraient que nos moines avaient tort, la critique s’appliquait aux deux parties : ce n’était pas l’un contre l’autre, mais contre les deux.  Voltaire poursuit d’ailleurs dans le même ouvrage, deux pages plus bas : « Au reste, cet Alcoran dont nous parlons est un recueil de révélations ridicules et de prédications vagues et incohérentes ». Étonnant que l’UDMF ne fasse pas mention de ce passage qui donne une autre dimension à la citation qu’ils ont mis en exergue.

vote musulman france

Bref, leur retrait ne me fait pas couler une larme. Ils utilisent à leurs avantages la novlangue démocratique pour faire passer et défendre des idées qui ne laissent que peu de place au doute. Ils utilisent fondamentalement la même technique d’intromission pratiquée par l’Islam pour s’attirer les faveurs des républicains et des démocrates. Nous respectons vos valeurs, du moins pour un temps. Le temps d’imposer les nôtres. Il convient par ailleurs de citer aussi nos amis du PEJ (Parti Égalité et Justice), qui se présenteront dans 10 cantons, parti créé par la diaspora turque, qui serait un « parti laïque qui défend les valeurs familiales et traditionnelles des musulmans et des minorités » – il y a comme un oxymore, mais nous ne sommes plus à ça près.

Parti Egalité et Justice

Le programme est clair et vise, ils l’annoncent, au communautarisme car nos valeurs républicaines, françaises, seraient en contradiction avec les leurs. Il est donc juste qu’ils se présentent devant les électeurs français pour dire tout le mal qui existe dans cette France. Pour en savoir plus, je renvoie au très bon article de l’Express (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/egalite-et-justice-le-parti-communautariste-islamo-turc-qui-se-lance-aux-departementales_1658413.html). Il faut savoir aussi que le PEJ n’est pas un parti neutre, mais est fortement liée au parti de Recep Erdogan, le premier ministre turc, qui, comme je l’ai déjà développé dans un précédent article (http://crissementathee.com/2015/02/27/lautriche-modernise-sa-loi-sur-lislam/), exerce un contrôle financier et politique sur ces groupes, visant à conserver soudée sa diaspora. Bref, le vivre-ensemble progresse à grand pas. Mais qui est coupable de cette fausseté ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s