Vatican : les remous créés par la nomination de l’évêque Juan Barros

Le Vatican est au coeur d’une nouvelle polémique, suite à la nomination à la tête de l’archevêché d’Osorno, au Chili, de Juan Barros, grandement suspecté d’avoir couvert les agissements pédophiles du révérend Fernando Karasima, poussé à se retirer par la hiérarchie vaticane en 2011. Fernando Karasima avait été reconnu coupable par le Vatican lui-même d’abus sexuels répétés sur mineurs et marquait, en quelque sorte, un tournant dans la politique de l’Église concernant les nombreux cas d’abus sexuels commis par les membres de son clergé. Le Pape François a lui-même mis en avant cette nouvelle politique du Zéro tolérance concernant les cas reconnus de pédophilie au sein de l’église, bien que Fernando Karasima n’ait jamais été convoqué par la justice ordinaire.

Fernando Karadima, le prêlat convaincu de pédophilie par le Vatican

Fernando Karadima, le prêlat convaincu de pédophilie par le Vatican

Ce mardi 1er avril,un porte-parole du Saint-Siège a annoncé que la congrégation des évêques a donc accepté la nomination de Juan Barros au poste d’archevêque d’Osorno, après un examen attentif de sa candidature qui n’a révélé aucune raison objective de l’annuler. Mais certains ne l’entendent pas de cette oreille : nombreux sont ceux qui affirment que Juan Barros non seulement était au courant des agissements de Fernando Karadima mais qu’il aurait de plus participé grandement à couvrir ces agissements. Ce dont s’est toujours défendu Juan Barros, ayant affirmé à plusieurs reprises qu’il n’avait eu vent de ces agissements que lorsque les faits avaient été relayés par la presse. Mais, de toute évidence, cette affaire crée une brèche dans la nouvelle politique vaticane qui a permis au Pape François de jouir d’une image positive au sein de la communauté internationale, appréciant son réformisme et une sorte d’opposition à la mouvance traditionaliste existant au sein de l’institution.

Juan Barros, le nouvel évêque d'Osorno

Juan Barros, le nouvel évêque d’Osorno

Le clergé chilien a d’ores et déjà annoncé son opposition à la nomination de Juan Barros, par la voix du Père Alex Vigueras de la Congrégation du Sacré Cœur de Santiago, qui a affirmé clairement que cette nomination n’était pas « en synchronie avec la politique de zéro tolérance que l’Église essaye de mettre en place » dans une interview au Guardian. Des membre de la Commission Pontificale de Protection des Mineurs ont exprimé leurs doutes concernant cette nomination, noircie par ces allégations. « En tant que survivante, je suis très surprise de cette nomination au Chili parce que cela semble aller à l’encontre de ce qu’a dit le Saint-Père sur le fait de ne vouloir, dans des positions de confiance, uniquement des gens ayant 100% de crédibilité en matière de protection des enfants », a ainsi déclaré Marie Collins, une membre irlandaise de ladite commission dans une interview au National Catholic Reporter. « Barros n’est certes pas accusé d’abus, mais il a vraisemblablement été courant de ce qu’il s’est passé et n’a rien fait. Et c’est suffisant [pour renoncer à cette nomination] »

La contestation s'amplifie

La contestation s’amplifie

L’intronisation de Juan Barros en tant qu’Archevêque d’Osorno s’est donc tenue dans la contestation des fidèles : 3000 protestataires se sont rassemblés sur le lieu de l’intronisation, la Cathédrale Saint-Matthieu d’Osorno, avec dans les mains des ballons noirs pour montrer leur opposition, quand ses soutiens en avaient des blancs. Sous protection policière, couvert de cris pendant l’intronisation, et la communion et l’homélie traditionnelles ont été purement et simplement annulées. Les opposants ont même créé un hastag (#FueraBarros) qui connait un grand succès où, dans le style Bring Back Our Girls, des gens posent avec un papier portant l’inscription Fuera Barros. Les célébrations de Pâques s’annoncent donc tendues au Chili ce week-end.

L'intronisation tendue de Juan Barros

L’intronisation tendue de Juan Barros

Publicités

3 réflexions sur “Vatican : les remous créés par la nomination de l’évêque Juan Barros

  1. Pingback: Chili : l’archevêque local a essayé d’entraver l’enquête vaticane sur l’affaire Fernando Karadima | Crissement athée

  2. Pingback: Le Vatican tente de se racheter une image en créant un tribunal pour juger les évêques ayant couvert des faits de pédophilie | Crissement athée

  3. Pingback: The Club de Pablo Larrain : un documentaire sur l’Eglise au chili confrontée aux cas de pédophilie du clergé | Crissement athée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s