De la difficulté d’être athée dans la Turquie d’Erdogan

Onur Romano, un membre fondateur de l’Association Athée Turque, entre dans son bureau et regarde ses mails. Pour une fois, dit-il, il n’y a aucune menace de mort. « Parfois, ils envoient des photos de membres d’Al-Quaïda en train de décapiter des têtes avant de les jeter dans un seau », raconte-il. « Ils nous disent que nos têtes seront bientôt dans ce seau, c’est ainsi qu’elles quitteront le bureau, ce genres de choses… »

Dans une Turquie officiellement séculaire, où la population se déclare musulmane à 99%, les athées lancent une alerte sur ce qu’ils considèrent être une augmentation de l’intolérance à leur égard, renforcée par le gouvernement actuel, ouvertement pro-islam. « Par Facebook, Twitter, par email, par notre centre d’appel, nous avons déjà reçu quelques centaines de menaces de mort ». Onur Romano poursuit : « Nous avons au total trois caméras de sécurité et deux boutons d’alerte reliés au district de police le plus proche. Mais nous sommes déterminés. »

Des membres de l'Association Athée de Turquie.

Des membres de l’Association Athée de Turquie.

A la télé turque, les clercs musulmans exposant leurs croyances sont de plus en plus visibles. Les athées sont pour eux une cible de choix. Romano précise qu’une partie du travail de l’association consiste à contrer les opinions qu’ils répandent. « Nous n’insultons pas la religion, nous n’insultons pas les valeurs d’autrui. Tout ce que nous essayons de faire est d’expliquer aux gens ce qu’est l’athéisme parce qu’ils croient que les athées organisent des orgies toutes les nuits, violent des animaux, car ils n’auraient aucune valeur morale », dit-il. « Pour eux, l’éthique est l’équivalent de la religion« .

Le mois dernier, dans un discours, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde la population face aux terroristes athées, accusant ces derniers de conspirer pour renverser son gouvernement. Ces dernières années, des citoyens ont été emprisonnés pour avoir questionné l’existence de Dieu sur Twitter, poursuivis en vertu d’une loi contre l’incitation à la haine religieuse. Le mois dernier, cette même loi a été utilisée pour fermer 48 sites web, dont un appartenant à Charlie Hebdo, mais aussi le site web l’Association Athée Turque. Lors de leur réunion hebdomadaire, les membres de l’association ont discuté de cette fermeture du site web autour de quelques bouteilles de vin. Malgré ce revers, chacun essaye de garder le moral.

Recep Erdogan et son gouvernement ont assimilé les non-croyants au terrorisme.

Recep Erdogan et son gouvernement ont assimilé les non-croyants au terrorisme.

Comme le dit l’une des membres de l’association qui a préféré garder l’anonymat, ces rassemblements, ces réunions, représentent pour elle une opportunité de côtoyer d’autres athées, dont un grand nombre a peur d’avouer son athéisme, jusque dans leur propre famille : « Malheureusement, les gens ne veulent pas se déclarer ouvertement athées parce qu’ils ont peur de perdre leur job ou d’avoir des problèmes au sein de leur famille. J’ai un gros problème avec la mienne. Ma mère m’a dit qu’elle irait me dénoncer au gouvernement et que je n’étais plus sa fille dorénavant. Et je lui ai répondu : Ok, si c’est la façon dont tu vois les choses, fais-le !, parce que je ne changerai pas ce que je suis. »

Le mois dernier, le leader d’une frange de la Sharia Society a lancé des menaces de mort contre le président de l’association, Tolga Incir, en promettant de lui couper les mains et la tête. Tandis que nous marchons devant l’immeuble où réside l’association, Incir nous dit que cette menace est plus sérieuse qu’à l’accoutumée mais qu’il ne peut pas faire grand-chose : « Cette menace est très claire. Quand nous avons fondé l’association, nous savions que nous risquions quelque chose, particulièrement dans un pays comme celui-ci. Je ne serais pas surpris que des milliers de personnes pensent la même chose, que les athées devraient être tués. Mais je continue ma vie et ce qui arrivera arrivera. »

Caricature de Recep Erdogan

Caricature de Recep Erdogan

Incir ajoute que la plus grande source d’inquiétude pour l’association ne vient pas de Turquie mais des djihadistes, dont un certain nombre passent par Istanbul avant de rejoindre la Syrie. Mais, dit-il, l’association ne s’avoue pas vaincue et prévoit de célébrer son premier anniversaire par une marche à travers le centre d’Istanbul.

Article de Dorian Jones, paru en anglais sur le site Trove, traduit en français par Crissement Athée :  http://trove.com/a/Turkeys-Atheists-Face-Hostilities-Death-Threats.tReoI?utm_campaign=unhosted&utm_medium=twitter&utm_source=sns&chid=181350

A retrouver aussi sur le site Freethinker : http://freethinker.co.uk/2015/04/16/atheists-terrorists-face-death-threats/

Publicités

Une réflexion sur “De la difficulté d’être athée dans la Turquie d’Erdogan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s