Ed Miliband, le candidat du Labour, veut criminaliser l’islamophobie

Alors que les élections législatives se tiendront dans une semaine au Royaume-Uni, le leader du Labour Ed Miliband, parti de centre-gauche, a déclaré dans une interview exclusive au site Muslim News qu’il aggraverait le caractère pénal d’islamophobie, en lui conférant le caractère de circonstance aggravante. « Nous allons en faire une circonstance aggravante. Nous allons faire en sorte qu’il soit clairement marqué dans les registres de la police les crimes haineux en rapport avec l’islamophobie ».
Dans son manifeste électoral, le Labour milite déjà pour une tolérance zéro concernant les crimes haineux, au regard de l’augmentation des actes islamophobes et anti-sémites : « Nous allons lutter contre les préjugés avant qu’ils ne se développent, que ce soit à l’école, à l’université ou sur les réseaux sociaux. » Il a par ailleurs critiqué la loi anti-terroriste du gouvernement Cameron, votée récemment, de concert avec le Labour, qui ôtera des fonds au programme national visant à prévenir les extrémismes et qui, selon Miliband, déstabilise la communauté musulmane qui avait créé des projets pour la jeunesse.

Ed Miliband, candidat du Labour

Ed Miliband, candidat du Labour

Il promet de revenir sur ces coupures budgétaires, précisant que la communauté musulmane est « extrêmement importante, d’une grande richesse, un véritable atout pour notre pays ». Il poursuit : « En réalité, les personnes avec qui je discute faisant partie de la communauté musulmane sont en parfait accord avec l’idée qu’il faut travailler avec les jeunes pour les empêcher d’être attiré par une idéologie pervertie (sic). Le moyen que nous avons, c’est le programme de prévention, fonctionnant de concert avec les communautés. » Un discours clairement communautaire, adressé à un site communautaire, destiné à s’attirer les faveurs du vote musulman. Au Royaume-Uni, la population musulmane est estimée à 3 millions de personne, dont la majorité résidant en Grande-Bretagne. Une population très jeune, ayant quasiment doublé depuis 2000. Un certain nombre de problèmes ont été rencontrés avec la communauté musulmane ces dernières années, dont deux scandales retentissants : d’abord celui du gang des violeurs pakistanais de Oxfordshire, ayant battu et exploité près de 300 adolescentes et pré-adolescentes britanniques, exactions couvertes à l’époque par la police et les services sociaux, craignant une accusation d’islamophobie ou de racisme. Une association qui ne serait pas unique sur le territoire, où d’autres affaires de même type sont ouvertes.

Les membres du gang de Rochdale

Les membres du gang de Rochdale

Le deuxième scandale est celui dit du Cheval de Troie, quand des groupes salafistes ou islamistes ont essayé d’infiltrer idéologiquement six écoles de Birmingham, la deuxième ville du pays, qui compte 22% de musulmans. Dans ces écoles infiltrées, les chefs d’établissement et les professeurs non musulmans ou musulmans modérés y ont été constamment harcelés, filles et garçons étaient séparés, des appels à la prière étaient constamment diffusés par haut-parleurs, des détectives privés ont été recrutés pour filer les élèves afin de débusquer les amourettes et les rapporter aux parents, Les courriels des professeurs rétifs étaient passés au crible. Les écoles ont aussi financé sur deniers publics plusieurs pèlerinages à La Mecque. Ces dérives sont en partie dues à la libérale réforme de l’éducation de Tony Blair, donnant à un grand nombre d’école publiques une autonomie presque totale et un désengagement de l’État. Ted Miliband est aussi revenu sur cette affaire : « Nous allons instaurer localement de hauts-standards. Nous allons faire en sorte que chaque école ait un haut niveau de surveillance. Lorsqu’il n’y a pas de surveillance, des choses anormales peuvent se passer. La meilleure façon de stopper cela, c’est une surveillance accrue dans nos écoles. Il faut qu’elles prennent leurs responsabilités. La solution n’est pas de faire marcher l’éducation par le seul truchement du gouvernement mais d’avoir des responsables locaux dans les écoles ». C’est-à-dire, donc, la poursuite de ce système. La pénalisation du crime haineux lié à l’Islam risque d’accentuer les dérives communautaristes qui, comme nous l’avons vu, ont débouché sur certains scandales graves, tout cela à cause de la crainte d’être taxé d’islamophobe ou de raciste.

Caricature islamophobie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s