Le Parti Socialiste s’invite au gala de soutien du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF)

C’est vendredi 29 mai que s’est tenu à Paris le gala de soutien du Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF). Cette association, bien connue pour sa virulence à l’égard de toute critique contre la religion musulmane et défendant la théorie d’une islamophobie nationale, avait cette année pour invités « exceptionnels » l’humoriste Yassine Belattar, maître de cérémonie, adepte d’un humour basé sur les communautés, Houria Bouteldja, des Indigènes de la République, ou encore la plus connue Rokhaya Diallo. Des invités qui, fondamentalement, représentent une certaine frange de la lutte anti-racisme et pro-communautaire, cette frange qui avait signé un très virulent appel « Pour la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo » en 2011, lors de la première affaire des caricatures de Mahomet, et bien avant le drame de janvier, ce qui a débouché pour beaucoup au « Oui, Charlie Hebdo a le droit de caricaturer Mahomet, MAIS… ». Une association ayant donc fait de son soutien quasi-total à l’Islam sa marque de fabrique, l’opposant à une société blanche – terme que j’emploie à dessein tant Rokhaya Diallo aime à faire cette distinction dans ses livres – qui se voudrait évidemment islamophobe par essence.

Affiche du dîner du CCIF

Affiche du dîner du CCIF

Lire la suite

The Club de Pablo Larrain : un documentaire sur l’Eglise au Chili confrontée aux cas de pédophilie du clergé

Ce jeudi 27 mai, les premiers spectateurs chiliens ont pu voir El Club, lauréat de l’Ours d’Argent à la Berlinale en février dernier. Quatre prêtres reclus dans une maison de villégiature face à la mer, dans le sud du Chili, placés sous la direction d’une concierge. Chacun d’eux a quelque chose à expier. Arrive un cinquième homme, qui révèle les péchés enfouis par les autres. Comment se sont-ils retrouvés isolés dans cette maison, à huis clos ? El Club révèle tout le système d’impunité mis en place par l’Église catholique pour étouffer les délits commis par certains prêtres, à commencer par les abus sexuels, mais aussi le vol et le trafic d’enfants. « L’Église les sauve, en les enfermant à l’étranger ou au Chili, de façon qu’ils n’affrontent pas la justice, » explique Alfredo Castro, l’acteur qui incarne le père Vidal dans El Club.

Le réalisateur chilien Pablo Larrain

Le réalisateur chilien Pablo Larrain

Lire la suite

Des ultra-orthodoxes juifs de Londres interdisent à leurs femmes de conduire

Des ultra-orthodoxes juifs de Londres ont défendu vendredi l’interdiction faite aux femmes de leur communauté de conduire leurs enfants à l’école en voiture, malgré les vives critiques de représentants juifs et du ministère de l’Éducation. « La communauté Belz s’impose une certaine rigueur. C’est le style de vie que nous avons choisi. Nous voulons seulement qu’on nous fiche la paix », a déclaré à l’AFP Yanky Eljanu, un membre de ce mouvement né au XIXe siècle à Belz, en Ukraine. La branche londonienne du mouvement est sous le feu des critiques depuis que ses responsables ont écrit aux parents pour rappeler qu' »aucun enfant ne sera admis dans notre école » si la mère les y conduit en voiture.

Des membres de la communauté hassidique Belz

Des membres de la communauté hassidique Belz

Lire la suite

Au Chili, une ONG militant pour le droit à l’IVG propose une campagne choc

Au Chili, pays profondément catholique comme nombres de pays d’Amérique du Sud, l’avortement est illégal : la loi actuelle stipule qu’une femme avortant risque 5 ans de prison. La seule situation dans laquelle l’avortement est envisageable est dans le cas d’un accident violent ou d’avortement accidentel. On estime pourtant qu’entre 120.000 et 160.000 femmes y ont recours chaque année, illégalement, malgré les risques encourus. Une partie d’entre elles vont se faire avorter en Argentine, un des rares pays d’Amérique du Sud où l’avortement est autorisé. Mais, malgré les propos du pape François sur le sujet, le sujet reste évidemment l’un des plus clivant dans les sociétés catholiques. Afin de faire avancer la cause de l’IVG et de dénoncer l’hypocrisie de la société face à cette question, l’ONG Miles a entamé depuis quelques semaines une campagne visant à défendre le droit des femmes à l’avortement. La campagne se fait à partir de vidéos, mettant en scène des femmes expliquant comment avorter. Le ton se veut sérieux, la mise en scène est réaliste pour mieux tourner en ridicule la chape moralisante qui empêche toute évolution sur cette question.

Militants pro-avortement au Chili

Militants pro-avortement au Chili

Lire la suite

Les Evangéliques organisent des « marches pour Jésus » dans sept villes françaises

Nées en 1987 à Londres, ces manifestations ont progressivement conquis le monde. En France, la première « Marche pour Jésus » a eu lieu en 1991, et les dernières ont rassemblé entre 2 500 et 5 000 personnes au total dans cinq villes au printemps 2014, selon leurs organisateurs. Cette année, les mêmes espèrent jusqu’à 10 000 manifestants cumulés dans les sept grandes villes où des cortèges sont prévus : Bordeaux, Lille, Montpellier, Nantes, Strasbourg, pour la première fois Marseille, et Paris (Invalides). « Il sera intéressant de mesurer la participation dans la capitale, où la marche fait un retour sur scène après plusieurs années d’absence », explique l’historien Sébastien Fath. Les manifestations ont été reprises en main en 2012 par une nouvelle organisation, la Fédération Marche pour Jésus France, « qui a une optique moins charismatique et plus rassembleuse », souligne-t-il. « Avant il s’agissait d’engager un combat spirituel contre les forces de la sécularisation à l’œuvre dans la société, maintenant l’objectif est d’être reconnu, vu et entendu dans l’espace public », précise le sociologue Yannick Fer, qui y voit l’illustration du désir de « respectabilité » du Conseil national des évangéliques de France (Cnef).

L'affiche de la Marche pour Jésus 2015

L’affiche de la Marche pour Jésus 2015

Lire la suite

Etre athée au Bangladesh : le silence ou la mort

Un nouveau blogueur bangladais sous le coup de menaces de morts, devenu une cible à cause de son athéisme et de sa libre-pensée, critique envers la religion et la politique. La situation des athées au Bangladesh est difficile : pour preuve la mort récente de trois blogueurs ouvertement athées, assassinés ces trois derniers mois. Ces meurtres sont le fait de militants islamistes ayant pris pour cible des blogueurs athées. La menace que Ananya Azad a reçu, et qu’au vu des récents évènements il convient de prendre au sérieux, dit qu’il serait le prochain sur la liste et que son corps serait déposé devant le monument national : « Comme tu es le fils du chef des athées, ton temps est compté… Nous te tuerons de la même manière, nous te couperons en morceau. ». Humayun, le père de Ananya, a survécu en 2004 à une attaque à la machette après avoir ouvertement critiqué les fondamentalistes musulmans.

Ananya Azad

Ananya Azad

Lire la suite

L’association tunisienne de défense des homosexuels Shams sous le feu des critiques

L’association tunisienne Shams, association défendant le droit des homosexuels, bisexuels et transsexuels et œuvrant depuis trois ans dans la clandestinité, a reçu le 18 mai un visa légal du gouvernement lui permettant d’opérer en toute légalité. Cependant, cette autorisation n’est pas du goût de tout le monde, et ce notamment pour des raisons religieuses. Depuis l’obtention de ce visa, l’association a déclaré vouloir ouvrir un vrai débat sur la situation des homosexuels en Tunisie et permettre l’abrogation de la loi qui condamne non pas spécifiquement les homosexuels, mais la sodomie, a trois ans de prison, même avec consentement. Mais, comme il fallait s’y attendre, des voix conservatrices et moralisantes se sont élevées contre l’octroi de ce visa, qu’elles considèrent illégal car la loi réprime indirectement les relations homosexuelles. Le gouvernement, qui avait lui-même octroyé ce visa, a décidé, face aux pressions de se permettre de revenir sur sa décision, en indiquant que l’association n’avait pas dévoilé ses vrais objectifs dans sa demande officielle. Pire, le gouvernement étudie de porter plainte contre l’association pour ne pas avoir dit la vérité sur ses intentions pour l’obtention du visa.

Une affiche de l'association Shams

Une affiche de l’association Shams

Lire la suite

L’Arabie Saoudite va rendre obligatoire le port d’un bracelet électronique pour les pèlerins de La Mecque

Selon la presse saoudienne, il sera bientôt obligatoire pour les pèlerins désireux de se rendre à La Mecque de porter un bracelet électronique. Cette décision ne représente pas en soi une nouveauté : les autorités avaient déjà instauré une technique de fréquence radio afin de retracer les pèlerins et pouvoir prévenir des mouvements de foule, très nombreux aux abords de la Kaaba et de la mosquée sacrée. De fait, les décès par écrasements, étouffements, malaises, sont relativement nombreux étant donné la densité de population qui s’y retrouve au moment du pèlerinage. Ce problème a donc été pris très au sérieux par les autorités saoudiennes qui ont multiplié les projets visant à éviter ces drames. Le dernier en date donc est l’instauration d’un bracelet électronique qui permettra par ailleurs de mieux surveiller les pèlerins et d’en gérer les flux. C’est ce qu’annonce le site de la télévision saoudienne Al-Arabiya : “En scannant le code barre de ce bracelet, le ministère accèdera à toutes les informations dont il aura besoin”, y compris les informations médicales. Cet outil permettra également d’établir rapidement des statistiques.

Kaaba

Lire la suite

Le Vatican s’exprime sur la victoire du « Oui » au référendum irlandais concernant le mariage homosexuel

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État de l’État du Vatican, a donné son sentiment officiel sur la victoire du « Oui » au référendum irlandais sur la légalisation du mariage homosexuel, dont nous avions traité ici des enjeux. Il a ainsi défini le mariage homosexuel comme « une défaite pour l’humanité ». C’est ainsi qu’il s’est exprimé lors de la remise du prix Économie et société à Rome. Il poursuit : « Je suis triste de ce résultat. L’Église doit tenir compte de cette réalité, en ce sens qu’elle doit redoubler ses efforts d’évangélisation. Je ne crois pas que l’on puisse parler d’une défaite des principes chrétiens mais d’une défaite pour l’humanité ». Le secrétaire d’État a fait référence aux propos de l’archevêque de Dublin, Diarmuid Marin, juste après la victoire des pro mariage homosexuel : « Comme l’a dit l’archevêque de Dublin, il faut continuer l’effort d’évangélisation de notre culture.« 

Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican

Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican

Lire la suite

« Much Loved » de Nabil Ayouch : de la censure aux menaces de mort.

Au Maroc, le dernier film du réalisateur marocain Nabil Ayouch, Much Loved, n’en finit pas de défrayer la chronique. Réalisateur engagé, ayant traité des attentats de Casablanca de 2003 avec son film précédent Les chevaux de Dieu, certainement le réalisateur marocain plus doué de sa génération, Nabil Ayouch s’attaque cette fois-ci à un sujet tout aussi sérieux, et bien réel, celui de la prostitution au Maroc. Dans un pays oscillant entre ouverture à la modernité et une vision morale toujours traditionaliste et religieuse, Nabil Ayouch dépeint la prostitution à travers le destin croisé de plusieurs femmes de milieux différents dans ce film présent à Cannes. Peut-être parce qu’il parle d’une réalité qui se veut cachée, hypocritement, la censure du gouvernement n’a pas tardé à tomber. Le gouvernement, dirigé par le parti islamiste Parti de la Justice et du Développement, a d’ores et déjà annoncé que le film ne serait pas distribué au Maroc car « comportant un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l’image du royaume ». L’association conservatrice de défense des citoyens AMDC a même porté plainte contre le film car nuisant à l’image de Marrakech, où se déroule le film – et où le commerce sexuel, même avec mineures, fait florès – et plus généralement au Maroc.

Nabil Ayouch, le réalisateur de Much Loved

Nabil Ayouch, le réalisateur de Much Loved

Lire la suite