Pegida transforme avec succès sa première participation à une élection à Dresde

Le mouvement allemand Pegida (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident), qui a essaimé les rues de l’Allemagne de l’Est ces derniers mois et structurellement fortement attaché aux mouvements d’extrême-droite locaux, vient de réussir une percée considérable lors d’une élection anticipée à Dresde, dans l’est de l’Allemagne. Le mouvement a obtenu un peu moins de 10% des voix ce dimanche, un score plus élevé que ce que prévoyaient les observateurs qui n’accordaient à Pegida que 2% des votes, confirmant ainsi une réelle implantation de ses idées dans l’esprit des citoyens. Cette élection représentait un test pour le mouvement car c’est la première fois qu’il mettait en jeu sa crédibilité dans les urnes. La candidate Tatjana Festerling est donc arrivée en quatrième place dans cette élection municipale anticipée, due à la démission du maire conservateur sortant pour raisons de santé. Dresde était l’une des villes à l’avant-garde du mouvement, celle qui rassemblait le plus de participations, pas moins de 25.000 personnes pour 550.000 habitants, lors de manifestations nocturnes ayant interrogées toute l’Europe.

Tatjana Festerling, la candidate de Pegida à l'élection municipale de Dresde

Tatjana Festerling, la candidate de Pegida à l’élection municipale de Dresde

Le mouvement avait toutefois subi plusieurs coups durs ces derniers temps qui avaient fortement remis en cause leur positionnement, celui d’un mouvement purement citoyen. D’abord en janvier le départ forcé du fondateur du mouvement, proche de mouvements d’extrême-droite Lutz Bachmann, après qu’ait été retrouvée une photo de lui grimé en Adolf Hitler, suivi par la démission une semaine plus tard de sa remplaçante Kathrin Örtel pour des menaces. Le mouvement a par ailleurs vu les participants à ses manifestations diminuer progressivement après les pics atteints à la suite des attentats contre Charlie Hebdo. La participation de Pegida aux élections rentre donc dans le processus de politisation progressive du mouvement qui entend peser sur le plan électoral.  L’élection est donc en ce sens une première victoire pour le mouvement, une façon de s’implanter durablement dans la vie locale. La candidate Tatjana Festerling avait axé sa campagne sur la défense de la culture allemande et s’en était prise violemment aux demandeurs d’asiles, coupable selon elle de quitter leur pays d’origine pour bénéficier des subsides de l’État et profiter de la qualité de vie allemande, dans une ville où pourtant l’immigration est faible.L’élection de Dresde fera toutefois l’objet d’un second tour le 5 juillet, aucun candidat n’ayant obtenu la majorité absolue : Eva-Maria Stange des sociaux-démocrates, sortir en tête du premier tour, obtenant 36% des voix, tandis que le candidat de la CDU au pouvoir se contente d’un faible 15,4% des voix.

Une pancarte lors d'une manifestation de Pegida

Une pancarte lors d’une manifestation de Pegida

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s