Maroc : deux femmes risquent la prison pour avoir porté des mini-jupes

Deux jeunes femmes marocaines devront comparaître le 6 juillet prochain devant un tribunal pour « atteintes aux bonnes mœurs ». En cause ? Leurs robes jugées indécentes. La polémique enfle sur la Toile. « L’affaire de la jupe » avait déjà fait polémique en Algérie, on a trouvé sa réplique au Maroc, près d’Agadir. Depuis la révélation d’une nouvelle affaire de mœurs à Inezgan au sud du Maroc, par le journal Assabah le 18 juin dernier, les réactions sur la toile se multiplient. Dimanche 14 juin, deux jeunes marocaines de 20 ans font leurs courses dans le souk d’Inezgane lorsqu’elles sont interpellées par un commerçant qui pointe du doigt leurs robes jugée attentatoire à la pudeur. Une foule en colère s’amasse alors et se presse autour d’elles. Traquées, les deux jeunes femmes, craignant pour leur sécurité, se réfugient dans une boutique, en attendant l’arrivée de la police. Or une fois sur place les autorités donnent raison à la foule et reprochent à leurs tours aux deux jeunes femmes leur tenues qui « portent atteinte aux bonnes mœurs ». Celles-ci sont embarquées au poste de police où elles passeront la nuit avant d’être déférées devant le procureur du roi… qui décide de les poursuivre pour atteinte aux bonnes mœurs, rapporte Assabah.

 

Le souk d'Inezgane

Le souk d’Inezgane

L’affaire n’a pas tardé à faire réagir les internautes. Parmi eux, la militante Boutaina Elmakoudi a publié une vidéo sur Facebook , qui comptabilise aujourd’hui plus de 40 000 vues. Elle y interpelle ses concitoyens marocains sur une affaire qui « porte atteinte à la femme marocaine, à la femme amazigh» «Ce n’est pas juste l’histoire de ces deux filles, c’est une menace générale pour les libertés individuelles », clame t-elle. Et de regretter, inquiète : «Cet esprit daeshiste qui rampe vers le Maroc et qui pourrait prendre une grande ampleur qui limiterait la liberté des citoyens. » Elle appelle sur son mur Facebook à deux sit-in dont le premier est fixé ce samedi 27 juin à 14h devant la wilaya d’Agadir. Une pétition interpellant le ministre de la Justice a également été  lancée sur le net, lundi 22 juin. Intitulée : « Au Ministre de la Justice et des Libertés, mettre un jupe n’est pas un crime ! », elle réclame l’arrêt des poursuites des deux jeunes femmes et comptabilise déjà plus de 5 000 signatures. L’initiatrice la pétition dénonce sur le site Avaaz « une régression  qui ouvre la voie à ceux qui veulent s’imposer comme moralisateurs et prêcheurs » et regrette que le commerçant ainsi que et sa cohorte de plaignants du souk de Inezgan n’aient pas été poursuivis pour agression verbale, et harcèlement. Sur Twitter aussi, les internautes se mobilisent, indignés.

Femme manifestant pour l'égalité des sexes à Rabat en mars dernier

Femme manifestant pour l’égalité des sexes à Rabat en mars dernier

Le président de la section de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) à Agadir, Abdelaziz Sellami, considère quant à lui l’arrestation des deux jeunes filles comme « une transgression flagrante des libertés individuelles ». Merciredi 24 juin, c’est le journal Tel Quel dans son édition en ligne, qui dénonçait des poursuites illégales, s’alarmant que « la pression de certains conservateurs semble surplomber le droit. » L’atteinte aux bonnes mœurs est bien régie par la loi marocaine qui lui consacre une section entière dans son code pénal. L’article 483 de la section IV  évoque notamment « un état de nudité volontaire ». Mais à  aucun moment ne sont définis les critères exacts qui rendraient un vêtement attentatoire aux bonnes mœurs. Le procureur du roi à Inezgane n’a à ce jour pas commenté la polémique… qui devrait continuer à enfler sur la toile.

Article repris intégralement du site Jeune Afrique : http://www.jeuneafrique.com/239715/societe/deux-marocaines-poursuivies-en-raison-de-leurs-jupes-jugees-trop-courtes/

Publicités

3 réflexions sur “Maroc : deux femmes risquent la prison pour avoir porté des mini-jupes

  1. Pingback: Maroc : les filles « à la jupe  innocentées par la justice | «Crissement athée

  2. Les filles du marché d’Inezgane on été jugée, leur « faute »? Avoir simplement fait leurs courses
    en robe !
    Elles étaient accompagnées de leur tante et de leur cousine, quand elles se sont rendues dans ce marché mais personne ne le dit nulle part.

    Au départ un garçon a demandé à l’une d’elle son numéro de téléphone celle-ci a refusé de le lui donner et pour se venger il est allé chercher des copains qui se sont mis à insulter les filles. Puis ils y a eu de plus en plus de personnes qui se sont mises à les entourer et les insulter.

    Elles ont eu très peur et se sont réfugiées dans une boutique car la foule menaçante s’amassaient autour d’elles. Les fous furieux ont jetés des pierres sur les étals de la boutique ou elles se sont réfugiées, cassant ainsi le maquillage qui y été vendu. Il s’agit ici de harcèlement sexuel et d’une violence à l’encontre des femmes. Le commerçant a laissé les femmes rester dans sa boutique le temps qu’arrive la police.

    Des policiers sont venus les chercher et leur ont donné des djellabas.
    Ensuite arrivés au commissariat les policiers leur demandaient de se lever pour leur montrer comment elles étaient, ils leur demandaient de marcher de se tourner. Ils l’ont fait à plusieurs reprises, je ne vois pas l’intérêt d’agir ainsi, le rôle des policiers est de protéger et non d’humilier !
    De plus les policiers leur ont fait apposer leurs empreintes digitales sur le procès verbal (alors qu’elles savaient signer) ils ne leur ont pas donné la possibilité de lire le procès verbal sous prétexte que ce qui y était écrit était correct.

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Maroc : un homme risque le lynchage à Fès à cause de sa prétendue homosexualité | Crissement athée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s