Pologne : un drone féministe pour promouvoir le droit à l’avortement

Un drone envoyé par des féministes occidentales et transportant des pilules abortives a atterri samedi en Pologne, près de la frontière allemande, lors d’une opération symbolique devant promouvoir le droit à l’avortement des femmes polonaises, ont indiqué les organisatrices. « L’opération s’est bien déroulée. Deux Polonaises, disposant d’ordonnances médicales délivrées par une gynécologue néerlandaise, ont pris les pilules délivrées par le drone. Elles n’étaient pas enceintes. Ces pilules sont interdites en Pologne« , a déclaré à l’AFP Jula Gaweda de l’organisation féministe polonaise Feminoteka. « C’est une opération symbolique destinée à montrer que ces quelques kilomètres (entre les lieux de décollage et d’atterrissage de l’engin) sont un gouffre en ce qui concerne le respect des droits des femmes, des droits de procréation qui font partie des droits de l’Homme », a-t-elle ajouté.

logo_feminoteka
L’avortement n’est autorisé en Pologne, pays à 90% catholique, qu’en cas de malformation de fœtus, de viol, et en cas de danger pour la vie de la femme. Récemment le gouvernement libéral a autorisé la pilule du lendemain. L’opération a été organisée par Women on waves, une ONG basée au Pays-Bas, qui milite pour le droit à l’avortement et s’est fait connaître notamment par les croisières d’un bateau où un cabinet médical offre des avortements aux ressortissantes des pays où l’interruption de la grossesse est interdite. Son arrivée en Pologne en 2003 avait soulevé une vague de protestations dans ce pays. Le drone est parti de la rive allemande du fleuve à Francfort sur Oder et arrivé à la ville polonaise de Slubice, franchissant l’ancienne frontière qui ne sépare pratiquement plus les deux pays, membres de l’espace de libre circulation de Schengen. Le quotidien catholique polonais Nasz Dziennik a dénoncé par avance le vol du « drone de la mort », rappelant que « sous l’occupation hitlérienne, les Allemands se proposaient de détruire la Pologne par la propagation de l’avortement et de la contraception ». Sur place une dizaine d’adversaires au droit à l’avortement ont distribué aux participantes de l’opération des foetus en plastique symboliques, a déclaré Jula Gaweda, selon laquelle les policiers en civil ont assisté à l’opération sans intervenir.

Par l’AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s