Turquie : procès de deux journalistes ayant publié une caricature de Mahomet parue dans Charlie Hebdo

La justice turque a ouvert jeudi le procès de deux chroniqueurs du quotidien d’opposition Cumhuriyet, accusés d’avoir diffusé la caricature du prophète Mahomet publiée en Une de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo après l’attentat du 7 janvier qui avait décimé sa rédaction. Le procureur a requis quatre ans et demi de prison contre Ceydan Karan et Hikmet Cetinkaya, poursuivis pour « incitation à la haine » et « insulte aux valeurs religieuses ». Cumhuriyet avait été le seul quotidien du monde musulman à reproduire dans son édition papier du mercredi 14 janvier deux versions réduites du numéro publié par Charlie Hebdo après l’attentat.

La journaliste turque Ceydan Karan

La journaliste turque Ceydan Karan

Ce dessin, qui accompagnait l’éditorial de MM. Karan et Cetinkaya, représente Mahomet la larme à l’œil et tenant une pancarte « Je suis Charlie », le slogan des manifestants qui ont défilé en France et à l’étranger pour condamner les attaques jihadistes qui ont fait au total 17 morts à Paris. Les deux journalistes n’ont pas assisté jeudi à la première audience de leur procès devant un tribunal d’Istanbul, suscitant la colère des plaignants présents. Le procureur a demandé l’arrestation des deux prévenus au juge, qui n’a pas statué. Plus d’une centaine de personnes, parmi lesquelles la fille, le fils et le gendre du président Recep Tayyip Erdogan ont porté plainte contre le quotidien, se disant offensés par l’éditorial des deux journalistes turcs et la caricature de Charlie Hebdo.

Hikmet Cetinkaya, le deuxième journaliste jugé

Hikmet Cetinkaya, le deuxième journaliste jugé

Publier un tel dessin équivaut à « mettre de l’huile sur le feu », a déclaré devant le tribunal un de ces plaignants, Kamil Ozcelik. La prochaine audience du procès a été programmée le 12 octobre. Au moment de sa publication, la caricature avait suscité de violentes manifestations dans tout le monde musulman. Le Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu l’avait qualifiée de « grave provocation ». Outre cette affaire, le quotidien Cumhuriyet a subi les foudres de M. Erdogan le mois dernier pour avoir publié un article et des photos suggérant que la Turquie avait fourni des armes aux rebelles jihadistes qui combattent le régime syrien.
Par l’AFP
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s