La Communauté Internationale en défense des ouïghours extradés par la Thaïlande vers la Chine

Plus de 100 musulmans chinois risquent d’être exécutés ou torturés après avoir été extradés par la Thaïlande pour avoir essayé selon eux de rejoindre des djihadistes au Moyen-Orient. Selon l’agence d’information officielle Xinjua, 109 membres de la communauté ouïghour ont tenté de rejoindre le jihad en Turquie, Syrie et Irak. Le ministre de la Sécurité Publique a affirmé qu’une enquête de police a découvert plusieurs cellules de recrutement de combattants à envoyer sur les lieux de guerre. Les associations humanitaires, l’ONU et l’Union Européenne dénonçaient depuis trois mois le fait que la Thaïlande réfléchisse à extrader ces djihadistes présumés en Chine. Omer Kanat, le directeur général de l’association pour les droits de la minorité ouïghour, le Congrès mondial des Ouïghours, a défendu les djihadistes présumés en affirmant que les allégations à leur encontre étaient de « pures mensonges ».

Des ouïghours arrêtés en Thaïlande

Des ouïghours arrêtés en Thaïlande

L’un des portes-paroles de l’association a attaqué les autorités chinoises qui « se dérobent à leurs responsabilités, les ouïghours fuyant le pays à cause de leur politique de suppression [culturelle]. Ces présumés radicaux sont de ceux qui espèrent fuir la Chine et vivre une vie stable et digne dans un pays libre et sûr. »  Selon Amnesty International pour l’Asie de l’Est, un certain nombre de ouïghours revenant en Chine « ont disparu dans des trous noirs, certains sont détenus, torturés et dans certains cas condamnés à mort et exécutés ». Selon l’association, l’extradition par la Thaïlande de ces ouïghours vers la Chine viole les règlements internationaux car ils risquent là-bas la torture et la disparition. 67 autres ouïghours sont toujours détenus en Thaïlande, les autorités n’ayant pas encore décidé s’il fallait les extrader.
Des manifestants turques devant l'ambassade de Thaïlande à Ankara

Des manifestants turques devant l’ambassade de Thaïlande à Ankara

Il y a actuellement en Chine environ 10 million de ouïghours, l’une des 56 minorités ethniques reconnues par l’État, établis principalement dans le Xinjiang , région initialement agricole et en plein développement, faisant face à un afflux de migrants de l’ethnie majoritaire de Chine, l’ethnie Han. La culture et les traditions ouïghours, population musulmane, sont strictement contrôlées par l’État et, dans le Xinjiang, une certaine prévalence dans le travail est donnée à la population Han, qui représente 40% des habitants de la région. Dans une région épisodiquement touchée par des attentats terroristes, la Chine y avait déjà sévèrement contrôlé l’expression du ramadan, provoquant des manifestations en Turquie, pays soutenant fortement cette communauté.

Publicités

Une réflexion sur “La Communauté Internationale en défense des ouïghours extradés par la Thaïlande vers la Chine

  1. Pingback: L’Etat Islamique appelle la communauté chinoise ouïghour à rejoindre la lutte | Crissement athée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s