En Algérie, des imams réclament une «police des mœurs»

L’offensive du courant wahhabite n’épargne plus personne. Et les atteintes aux libertés individuelles deviennent un phénomène à large échelle. Réservés jusque-là à certains salafistes zélés, les actes de moralisation touchent désormais les fonctionnaires de l’État. Ainsi, dans le sillage d’une campagne de dénigrement des femmes non voilées et qui se baignent sans hidjab, le journal arabophone Echourouk a fait parler le secrétaire général de la coordination des imams et fonctionnaires des affaires religieuses et waqfs, Djelloul Hedjimi. Ce dernier estime qu’il «faut créer une police des mœurs» qui aura pour mission de s’occuper des délinquants et des femmes qui «portent des vêtements» non conformes à la charia. Le syndicaliste des imams s’est même transformé en spécialiste des sciences sociales, puisqu’il estime que «les cas de harcèlement se multiplient en été» à cause de la «généralisation des tenues dépravées». Le journal cite également des femmes et hommes issus de diverses disciplines qui répètent tous la même rengaine.

le secrétaire général de la coordination des imams et fonctionnaires des affaires religieuses et waqfs, Djelloul Hedjimi

le secrétaire général de la coordination des imams et fonctionnaires des affaires religieuses et waqfs, Djelloul Hedjimi

Ces discours, véhiculé par certains médias depuis quelque temps, rappellent étrangement l’atmosphère qui a régné dans le pays au début des années 1990. Avant le mois de Ramadhan, des activistes, qui sévissent notamment sur les réseaux sociaux, avaient mis en garde contre les «tenues légères» que porteraient les femmes. Certains sont même passés à la menace en avertissant qu’ils allaient filmer celles mises à l’index. Ils n’ont rien fait  de concret, malgré l’existence de dépassements et des propos malveillants prononcés à l’encontre de certaines femmes. Le journal Liberté rapporte qu’à Tizi Ouzou, des salafistes ont distribué des tracts insultants pour les femmes qui ne portent pas le voile. Ce discours est véhiculé jusque dans certaines mosquées où des imams – officiels ou pas – font de la misogynie leur cheval de bataille.

Violence-femme-algerienne

Ce sont ces réflexions qui ont servi de lame de fond à ceux qui, parmi les islamo-conservateurs, ont critiqué la loi portant protection des femmes contre les violences conjugales et les violences sociales. Ils justifient leurs arguments  par «le souci de préserver la famille». Mais en réalité, le problème est ailleurs ; il réside dans l’incapacité de certains milieux à concéder une place pour les femmes dans la société. Les actes d’atteinte à une des libertés fondamentales, à savoir choisir son mode vestimentaire, se multiplient. Une jeune femme a été empêchée, dimanche dernier, d’accéder au tribunal d’Alger parce qu’elle portait un débardeur. Comble de l’ironie, sa mère  qui portait un haut identique a réussi à accéder dans l’enceinte de l’établissement. Pas la fille que les policiers considèrent comme «jeune» ! Avant cela, une jeune fille s’était vu refuser les soins dans un hôpital d’Oran en raison de «vêtements non conformes». Au début des années 1990, les islamistes du FIS aspergeaient d’acide les femmes qui portaient des pantalons. Certains responsables estimaient cela comme étant des «actes isolés». Mais ce sont les actes de cette nature qui ont poussé à la violence des années 1990. Plus grave que tout, les autorités semblent ne pas être concernées par la montée en puissance de ces nouveaux gardiens de la morale. Une attitude qui risque de conduire le pays vers la création d’une police des mœurs !

Article intégralement repris du site d’El-Watan : http://www.elwatan.com/actualite/l-algerie-face-au-peril-salafiste-des-imams-reclament-une-police-des-moeurs-18-08-2015-301795_109.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s