La Turquie offre des récompenses pour les informateurs dénonçant les extrémistes

Les autorités turques offriront jusqu’à quatre millions de livres turques (1,23 million d’euros) en récompense à ceux qui contribueront à la lutte contre les « terroristes » selon une nouvelle loi publiée au Journal officiel lundi. Cette décision intervient en pleine recrudescence de la violence dans le sud-est du pays, entre les forces de sécurité turques et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a rompu un cessez-le-feu en vigueur avec Ankara depuis 2013. Selon le projet gouvernemental, la récompense versée aux informateurs sera fondée sur la « valeur de l’information contribuant à la prévention de crimes terroristes et à l’arrestation de suspects », indique un communiqué. Ceux qui donneront des informations sur l’identité d’un « terroriste présumé » ou le lieu où il se trouve, recevront jusqu’à 200.000 livres turques (61.000 euros) dans la mesure où ils ne sont pas eux-mêmes impliqués dans « les actes de terrorisme » qu’ils dénoncent.

Recep Erdogan, le président turc

Recep Erdogan, le président turc


La récompense sera multipliée par 20 et s’élèvera à quatre millions de livres si le suspect est le chef d’une « organisation terroriste » ou si l’acte criminel dénoncé est assez grave pour provoquer des « troubles ». L’informateur ne doit pas avoir obligatoirement la nationalité turque pour prétendre à la récompense, selon le communiqué. La Turquie a lancé le 24 juillet une offensive à la suite d’un attentat suicide survenu à Suruç (sud de la Turquie) dans lequel 33 jeunes partisans de la cause kurde sont morts. Cette offensive vise officiellement l’organisation Etat islamique (EI), à qui l’attentat a été attribué, comme la rébellion kurde. Depuis le début de l’offensive, plus de 60 membres des forces de sécurité turques sont morts dans des attaques revendiquées ou attribuées au PKK, qui riposte aux attaques aériennes et nombreux raids de l’armée turque.

Des combattants du PKK

Des combattants du PKK

Selon les chiffres officiels, plus de 2.500 personnes ont été arrêtées jusqu’à présent dans des raids visant des membres présumés du PKK, de l’EI, et du DHKP-C (parti-Front révolutionnaire de libération du peuple, marxiste), la majorité d’entre elles étant membres du PKK. Les autorités turques ont déjà par le passé offert des récompenses similaires contre des informations sur des crimes terroristes ou des suspects, mais elles n’avaient jamais atteint un tel montant depuis que la Turquie a lancé sa campagne « antiterroriste ».

Par l’AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s