Le président israélien menacé après avoir dénoncé un « terrorisme juif »

La police israélienne a ouvert une enquête sur des menaces publiées sur les réseaux sociaux contre le président Reuven Rivlin qui a condamné le « terrorisme juif » après un incendie criminel ayant tué un bébé palestinien, a annoncé lundi son porte-parole à l’AFP. Le jour même de l’attaque anti-palestinienne vendredi, M. Rivlin a publié sur sa page Facebook un texte, en arabe et en hébreu, intitulé « plus que de la honte, je ressens de la douleur ». « La douleur du meurtre d’un petit bébé, la douleur de voir mon peuple choisir le chemin du terrorisme et perdre son humanité », écrit-il, alors que les parents et le frère du bébé Ali Dawabcheh, 18 mois, grièvement blessés sont toujours entre la vie et la mort. L’attaque, le fait de colons juifs selon les Palestiniens, a provoqué la consternation en Israël et provoqué un débat parmi Israéliens et Palestiniens sur l’« impunité » qu’accorderaient les autorités israéliennes aux extrémistes juifs. Aucun suspect n’a été arrêté jusque-là. « Malheureusement, il semblerait que nous ayons jusqu’ici traité le phénomène du terrorisme juif avec légèreté », ajoute le président, en appelant à prendre des mesures concrètes contre les auteurs de tels actes.

Le président israélien Reuven Rivlin

Le président israélien Reuven Rivlin

Lire la suite

Cisjordanie: un bébé palestinien brûlé vif dans une attaque de colons israéliens

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été gravement blessés vendredi lorsque des colons israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie occupée, une attaque dénoncée comme un « acte de terrorisme » par Israël. Ce qualificatif très rare et les condamnations unanimes des dirigeants israéliens, le Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu en tête, n’ont toutefois pas convaincu les Palestiniens. Ces derniers ont dit tenir le gouvernement Netanyahu « entièrement responsable » de la mort du bébé, y voyant la « conséquence directe de décennies d’impunité accordée par les autorités israéliennes au terrorisme des colons ». Des manifestations sont attendues après la prière de la mi-journée à travers les Territoires palestiniens, les islamistes du Hamas, au pouvoir à Gaza, ayant lancé dès jeudi un appel à une « journée de la colère » contre les agressions israéliennes.

La maison brûlée par des colons israéliens et dans laquelle a péri un bébé

La maison brûlée par des colons israéliens et dans laquelle a péri un bébé

Lire la suite