Une vidéo pro-Etat Islamique appelle les Turcs à se soulever contre Erdogan

Une vidéo pro-État islamique (EI) a appelé les Turcs à se soulever contre le président Recep Tayyip Erdogan, accusé d’être un «traître» à la solde des Américains et des rebelles kurdes. La vidéo, mise en ligne lundi soir et qui aurait été enregistrée dans la province de Raqqa, région du nord de la Syrie aux mains de l’EI, délivre l’un des messages les plus menaçants de l’organisation djihadiste contre la Turquie.Cette vidéo intervient alors que la Turquie, longtemps accusée de complaisance à l’égard des djihadistes de l’EI, a lancé fin juillet une «guerre contre le terrorisme» sur deux fronts, ciblant les djihadistes de l’EI et les rebelles kurdes turcs du PKK.

Recep Erdogan, le président turc

Recep Erdogan, le président turc

Lire la suite

Publicités

André Comte-Sponville et le blasphème : entretien

La liberté d’expression est une liberté fondamentale. Comme toute liberté naturelle, on la voudrait absolue ; comme toute liberté socialement réglementée, elle connaît des limites. Mais pourrait-on imaginer ou réclamer une liberté d’expression sans limites ?

Il n’y a pas de liberté absolue. Même à l’état de nature, à supposer qu’il ait existé, la liberté de chacun dépend de la force dont il est capable ; elle est doublement -limitée, et par sa propre faiblesse, et par la force des autres. C’est vrai a fortiori dans un État de droit. Pas de liberté sans lois, pas de loi sans contraintes. On prend souvent l’exemple du code de la route : s’il n’existait pas, ma liberté de circuler, théoriquement plus grande, serait en pratique presque nulle. S’agissant de la liberté d’expression, c’est différent. On pourrait envisager qu’aucune loi ne la limite. Mais est-ce souhaitable ? Il faut bien interdire la diffamation, les appels au meurtre, protéger le droit d’auteur et les secrets commerciaux ou industriels… Même les Etats-Unis, où le Premier amendement garantit une liberté d’expression plus grande que chez nous, lui reconnaissent certaines limites. Idem en France, qui interdit en outre les incitations à la haine raciale ou religieuse, le négationnisme et les atteintes à la vie privée. On peut discuter le détail de ces interdits (contre le négationnisme, je ne suis pas certain qu’une loi soit la -meilleure arme), mais guère en contester le principe.

Le philosophe André Comte-Sponville

Le philosophe André Comte-Sponville

Lire la suite

L’Arabie Saoudite appelle la communauté internationale à interdire toute critique de la religion

L’Arabie Saoudite a officiellement appelé la communauté internationale à interdire toute critique de la religion, c’est-à-dire à remettre au goût du jour les lois anti-blasphème. C’est lors d’un symposium sur la couverture médiatique des symboles religieux au vu de la loi internationale, qui s’est déroulé le 25 juillet dernier, qu’Abdulmajeed Al-Omari, le chef des relations étrangères au Ministère des Affaires Islamiques du royaume s’est exprimé en ce sens : « Nous avons déjà affirmé clairement que la liberté d’expression sans limites ou restrictions mène à la violation et va à l’encontre des droits religieux et idéologiques. Cela requiert que tout le monde doit intensifier ses efforts pour criminaliser les insultes aux religions divines, aux prophètes, aux livres sacrés, aux symboles religieux et aux lieux de culte ». Selon lui, ces mesures doivent être prises pour prévenir les intolérances.

Abdulmajeed Al-Omari, le chef des relations étrangères au Ministère des Affaires Islamiques d'Arabie Saoudite

Abdulmajeed Al-Omari, le chef des relations étrangères au Ministère des Affaires Islamiques d’Arabie Saoudite

Lire la suite

« La nuit du ramadan » sur France 2, ou quand le service public fait l’apologie d’un mouvement religieux

C’est donc sur France 2 que sera diffusé cette année encore l’émission « La nuit du ramadan », émission dédiée à la nuit de la fin de jeûne du mois de ramadan des musulmans, l’Aïd al-Fitr. Cela fait un peu moins de dix ans que l’émission est diffusée sur le service public, sans qu’on ne comprenne la raison d’être d’une telle émission. Bien évidemment, celle-ci s’adresse à la communauté musulmane de France, qui sera réunie en famille pour célébrer la fin d’un jeûne dicté par une divinité à laquelle le service public, financé par nos impôts, semble désireux de s’adresser. La République laïque, ce qu’il en reste, continue donc de s’adresser aux individus non comme des citoyens mais comme des croyants, car cette émission est, quoi qu’on en dise, directement destinée à une communauté de la société française, les citoyens issus des pays du Maghreb ou d’Afrique sub-saharienne. Ou quand l’État considère que l’insertion de ces citoyens doit se faire par le religieux plutôt que par des valeurs civiles et laïques, ce que la réforme du collège proposée par le gouvernement avouait déjà, à mots couverts.

La nuit du Ramadan

La nuit du Ramadan

Lire la suite

Russie : une page internet sur l’athéisme bloquée pour « insulte aux croyants »

En Russie, les athées perdent un espace de parole. La page d’un groupe baptisé « Il n’y a pas de dieu » sur le site Vkontakte, le facebook russe, particulièrement utilisé dans le pays, a ainsi été supprimée du réseau social à la suite d’une décision de justice. La loi ayant abouti à cette suppression est bien évidemment la loi concernant ledit sentiment religieux votée par le gouvernement Poutine et dont l’utilisation laissait craindre de probables dérives. Une loi criminalisant toute insulte envers les croyants et qui vise bien sûr à préserver la puissance de l’Église Orthodoxe russe, particulièrement choyée par Vladimir Poutine depuis quelques années maintenant. Le contrevenant risque jusqu’à trois ans de détention.

vkontakte

Lire la suite

Russie : Vladimir Poutine et l’Eglise orthodoxe considèrent l’Occident comme moralement décadent

Le président russe Vladimir Poutine et l’Église Orthodoxe russe ont tancé les Etats-Unis pour être sans dieu, moralement corrompu et sur la voie de la décadence. Une sorte de Guerre Froide à l’envers car, à l’époque, c’étaient les américains qui accusaient alors l’Union Soviétique, officiellement athée, d’être une nation « sans dieu ». « De nombreux pays euro-atlantiques se sont détournés de leurs racines, y compris de leurs valeurs chrétiennes. Les politiques qui sont poursuivies mettent sur le même plan une famille nombreuse avec un couple de même sexe, une foi en dieu et une croyance en Satan. C’est la voie de la décadence », a-t-il affirmé.

RUSSIA-PUTIN-RELIGION

Lire la suite

Décès d’Anne Nicol Gaylor, figure majeure du droit des femmes et de l’athéisme aux Etats-Unis

Anne Nicol Gaylor est décédée dimanche 14 juin à l’âge de 88 ans. Figure majeure des mouvements athées outre-atlantique, elle avait été l’une des grandes avocates du droit à l’avortement à la fin des années 60 et au début des années 70 aux États-Unis ainsi que du maintien de la stricte séparation entre l’Église et l’État. Elle a été la principale fondatrice dans les années 70 de la principale organisation athée, la Freedom From Religion Foundation (FFRF), regroupant libres-penseurs, athées et agnostiques. Préparant sa mort, elle a laissé une lettre dans laquelle elle ne demande aucun mémorial à son nom et comme épigraphe ces trois mots Féministe – Activiste – Libre-penseuse. Avocate de formation, la base de son combat a été le droit à l’avortement : en 1972, elle crée une première fondation, la Women’s Medical Fund, mise en place pour venir en aide aux femmes nécessiteuse aux prises avec des grossesses non-désirées et désireuses de se faire avorter. Sa lutte pour le droit des femmes à l’avortement lui vaudra de nombreuses critiques de la frange conservatrice de la société et des milieux religieux, allant parfois jusqu’aux menaces de mort.

Anne Nicol Gaylor

Anne Nicol Gaylor

Lire la suite

Le Conseil des Eglises égyptien organise une conférence pour contrer l’athéisme

Selon le journal égyptien Cairo Post, le Conseil des Églises, instance religieuse créée en février 2013, va organiser le 16 juin au Caire une conférence visant à « contrer l’athéisme en Égypte ». Sous le slogan « L’Eglise face à l’athéisme », le Conseil a invité toutes les Églises égyptiennes et leurs dirigeants a participer à cette conférence qui se tiendra dans une école jésuite du Caire. Des représentants de l’Église Orthodoxe et Catholique feront un discours lors de cette conférence, notamment un sur l’athéisme vu à travers une perspective scientifique. Un atelier de travail pour les prêtres sera organisé afin de tirer des recommandations au terme de la conférence. Le Conseil des Églises inclut les coptes, les orthodoxes, les catholiques, les évangéliques presbytériens, les orthodoxes grecs et les anglicans. Ce Conseil avait été créé afin de trouver des axes communs à l’ensemble des Églises et à permettre des discussions continues entre elles pour faire face aux différents événements survenus récemment en Égypte.

Photo de groupe des membre du Conseil des Églises égyptiens

Photo de groupe des membre du Conseil des Églises égyptiens

Zoltan Istvan, un écrivan et journaliste américain, voudrait des files d’attente réservées aux athées dans les aéroports

A travers la signature d’un article sur le Huffington Post, l’auteur américain d’origine hongroise et peut-être futur candidat pour la présidentielle américaine de 2016 sous les couleurs du Transhumanist Party Zoltan Istvan a avancé une idée pour le moins originale. Figure du mouvement transhumaniste, Zoltan Istvan est un athée affirmé. Il a ainsi avancé la proposition que les athées disposent d’une file d’attente spéciale à l’aéroport. La raison : les athées ne seraient pas attirés par le terrorisme. L’idée lui est venue alors qu’il faisait la queue dans une file d’attente préalable aux contrôle de sécurité des passagers. Regardant autour de lui, il a réalisé qu’il se trouvait dans la file avec un sikh enturbanné, a femme musulmane, elle aussi voilée, et un prêtre catholique : « Je me suis étonné d’avoir à réellement attendre plusieurs heures en ligne alors qu’il n’existe, jusqu’à preuve du contraire, aucun athée qui ait pu être accusé d’avoir fait exploser ou d’avoir détourné un avion […] Les athées ne sont pas attirés par le terrorisme car ils sont trop sensés pour croire qu’ils connaissent toutes les réponses concernant l’univers ».

L'écrivain et penseur transhumaniste américain Zoltan Istvan

L’écrivain et penseur transhumaniste américain Zoltan Istvan

Lire la suite

Le philosophe Yvon Quiniou parle de son livre « Critique de la religion : Une imposture morale, intellectuelle et politique »

Alors que Freud, Nietzsche, Spinoza ou Hume en ont déjà fait le procès, pourquoi établir une critique de la religion aujourd’hui ?

Cette critique est liée au retour politique du religieux. Notamment quand il fait pression sur les institutions républicaines, à la manière de la Manif’ pour tous ; quand, en Europe de l’Est, une religion rétrograde essaie d’influencer la Constitution : ou quand, avec le Traité constitutionnel européen, les religions ont le droit d’intervenir dans la définition des lois. Par ailleurs, je m’inquiète de la montée de l’islamisme radical. Dans l’esprit de la philosophie des Lumières et des grands penseurs du XIXe siècle comme Feuerbach, Marx, Nietzsche et Freud, je tiens à montrer à quel point la religion demeure une imposture morale, intellectuelle et politique. Un imposteur prétend apporter ce qu’il n’apporte pas ou prétend être ce qu’il n’est pas. Les religions prétendent amener la Vérité, alors qu’elles n’amènent que des croyances.

Votre livre est-il un éloge de l’athéisme ?

Je distingue deux formes d’athéisme. L’athéisme dogmatique consiste à dire qu’il n’y a pas de Dieu. C’est celui de Marx ou du philosophe Marcel Conche. Ce dernier dit qu’un tel athéisme ne peut pas se démontrer, car il se prononce sur la totalité du réel. Mon athéisme est privatif. Je me passe de Dieu dans ma vie et analyse les religions comme un phénomène humain. Je m’inspire de la formule de Feuerbach : « Ce n’est pas la religion qui fait l’homme, mais l’homme qui fait la religion. » Ce sont les structures religieuses que je remets en cause. Pas l’élément subjectif de la croyance.

Critique de la religion : Une imposture morale, intellectuelle et politique

Lire la suite