France: Bernard Cazeneuve condamne les maires désireux de n’accueillir que des réfugiés chrétiens

Le ministre français de l’Intérieur a condamné mardi les déclarations de certains maires en France désireux d’accueillir des réfugiés « à condition qu’il soient chrétiens », qualifiant cette distinction entre chrétiens et non-chrétiens de « funeste ». « Cette distinction, je ne la comprends pas, je la condamne et elle me paraît funeste », a réagi Bernard Cazeneuve, interrogé par la chaîne de télévision France 2. « Il y a une situation en Syrie où toute une série de minorités sont persécutées », a souligné le ministre. « Les chrétiens d’Orient doivent être accueillis mais il y a aussi des musulmans qui sont persécutés et il y a d’autres minorités qui le sont avec le même degré de barbarie ». Bernard Cazeneuve a rappelé les termes de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, selon laquelle « quiconque est persécuté doit pouvoir être accueilli ». « La France doit pouvoir accueillir dans ses villes tous ceux qui sont persécutés quelles que soient leurs religions, leurs histoires », a-t-il ajouté.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur

Lire la suite

L’Observatoire contre l’islamophobie dénonce une hausse importante d’actes dit « islamophobes »

Les actes et menaces « islamophobes » ont presque quadruplé au premier semestre 2015 par rapport à la même période l’an dernier (274 contre 72), a annoncé vendredi l’Observatoire contre l’islamophobie, qui établit un lien direct avec les attentats jihadistes de janvier. Cette composante du Conseil français du culte musulman (CFCM) établit ses chiffres sur la base des plaintes et mains courantes recensés par le ministère de l’Intérieur. « Depuis la mise en place de l’Observatoire en 2011, nous n’avons jamais vu un phénomène aussi élevé. Cette explosion ne peut s’expliquer que par les actes terroristes commis depuis janvier, lesquels ne peuvent justifier la haine à l’égard de musulmans qui ne sont ni responsables ni coupables de tels crimes », a déclaré à l’AFP le président de l’Observatoire, Abdallah Zekri.

Abdallah Zekri, directeur de l'Observatoire contre l'islamophobie

Abdallah Zekri, directeur de l’Observatoire contre l’islamophobie

Lire la suite

France : une dizaine d’imams « prêcheurs de haine » expulsés depuis le début de l’année

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré lundi sur Europe1 que quarante imams « prêcheurs de haine » avaient été expulsés de France depuis 2012, dont une dizaine depuis le début de l’année. « Nous avons depuis 2012 expulsé quarante prêcheurs de haine et imams. Dans les cinq années précédentes, il n’en avait été expulsé que quinze », a déclaré le ministre. « Depuis le début de l’année, il y a 22 dossiers qui sont en cours d’instruction, et une dizaine d’imams et de prêcheurs de haine qui ont été expulsés », a-t-il ajouté. Tout « prêcheur de haine qui a vocation à rester en France, s’il est étranger il sera expulsé, je le fais systématiquement », a dit le ministre.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur

Lire la suite

Attentat en Isère : qui est Yassin Sahli ?

Yassin Salhi, soupçonné d’être l’auteur de l’attentat perpétré vendredi près de Lyon, avait été repéré par les autorités pour des liens avec la mouvance salafiste mais ce père de trois enfants originaire du Doubs n’avait jamais fait parler de lui pour des faits délictueux. Né à Pontarlier, près de la frontière suisse, il y a 35 ans d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine, le suspect y avait été repéré par les services spécialisés dès les années 2005-2006, car il fréquentait un groupe de personnes adeptes de l’islam radical, sans pour autant faire de prosélytisme, a expliqué à l’AFP une source proche de l’enquête. Selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, il était « en lien avec la mouvance salafiste ». Sans casier judiciaire, il avait été fiché notamment de 2006 à 2008.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, sur les lieux de l'attentat.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, sur les lieux de l’attentat.

Lire la suite

France: le gouvernement entame un large « dialogue » avec l’islam

Le gouvernement français organise lundi la première réunion d’une large « instance de dialogue avec l’islam de France » pour refonder la relation de l’État avec une communauté musulmane en mal de représentants et secouée par les attentats jihadistes de janvier. Entre 120 et 150 responsables de fédérations, recteurs de mosquées, imams, aumôniers, théologiens, islamologues et personnalités de la société civile, sans compter les représentants des pouvoirs publics, participeront à une demi-journée de débats au ministère de l’Intérieur. Parmi les thèmes abordés figureront la sécurité des lieux de culte et l’image parfois dégradée de l’islam – deuxième communauté confessionnelle de France, avec environ 5 millions de membres, pratiquants ou non – dans les médias et l’opinion publique. La construction et la gestion des lieux de culte musulmans (2.500 actuellement, 300 mosquées en projet) sera aussi évoquée. Comme les pratiques rituelles, la certification du halal, le nombre insuffisant d’abattoirs, les éventuels abus financiers liés au pèlerinage à la Mecque (hajj) ou le manque de carrés musulmans dans les cimetières.

Salle de prière islam

Lire la suite