Canada: le voile intégral autorisé aux cérémonies de citoyenneté

La cour d’appel fédérale du Canada a confirmé mardi l’autorisation du port du niqab (voile intégral) lors des cérémonies de citoyenneté, déboutant le gouvernement qui jugeait que les futurs Canadiens devaient prêter allégeance le visage découvert. Le Premier ministre conservateur Stephen Harper avait qualifié de « pas acceptable » le jugement rendu en février dernier par un tribunal de première instance autorisant Zunera Ishaq, une résidente de Toronto, à devenir Canadienne en portant le niqab. « L’appel a été rejeté avec dépens », a indiqué une porte-parole de la cour d’appel, notant que les trois juges avaient « mentionné » l’urgence à mettre en oeuvre cette décision pour permettre à Mme Ishaq de devenir Canadienne avant les élections législatives du 19 octobre, afin qu’elle puisse voter.

Le premier ministre canadien Stephen Harper

Le premier ministre canadien Stephen Harper

Lire la suite

Québec : une loi en discussion prévoit de sanctionner la critique religieuse

L’Assemblée Nationale du Québec est en train de réfléchir à une loi qui pourrait utilisée pour criminaliser toute critique de l’Islam, ou d’autres religions, en l’associant à un « discours haineux ». La loi 59, présentée à l’Assemblée par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée vise spécifiquement les discours haineux mais qu’elle serait utilisée, de l’aveu de Jacques Frémont, le chef de la Commission des droits de l’Homme du Québec (QHRC), pour cibler « les gens qui écriraient contre l’Islam sur un site internet ou une page Facebook ». La loi permettra de fait à la QHRC de « demander le jugement d’une cour de justice pour que cesse l’incitation à la haine », et pourrait imposer une amende de 10.000 dollars si « une personne a initié ou propagé un discours de haine ». C’est le Tribunal des Droits de l’Homme qui déterminera le montant exact de l’amende.

Stéphanie Vallée, la ministre de la Justice du Québec

Stéphanie Vallée, la ministre de la Justice du Québec

Lire la suite

L’affaire de l’imam Chaoui continue d’enfler au Canada, un groupe d’étudiants se mobilise

Le prédicateur fondamentaliste a déposé la semaine dernière une poursuite en diffamation de 500 000 $ parce qu’il estime que le maire a porté atteinte à sa réputation en le qualifiant d’agent de radicalisation. Sur Facebook, la page intitulée Je suis Hamza Chaoui ne cesse de gagner en popularité depuis le dépôt de la poursuite de l’imam. Plus de 2000 des quelque 2400 mentions J’aime de la page mise en ligne en avril ont été récoltées au cours de la dernière semaine. Sur la page, un lien redirige les internautes vers un site web pour amasser des dons qui serviront à financer la bataille juridique d’Hamza Chaoui. Il a été mis sur pied ce printemps par un groupe d’étudiants.

L'imam Hamza Chaoui

L’imam Hamza Chaoui

Lire la suite

Canada : des documents de Wikileaks révèlent l’implication de l’Arabie Saoudite dans le développement des écoles islamiques privées

Le gouvernement saoudien fait des dons de plusieurs milliers de dollars pour aider à financer l’expansion des écoles privées islamiques au Canada. C’est en tout cas ce que révèlent plusieurs documents obtenus et divulgués par Wikileaks. Ils mettent en lumière la façon dont un État étranger aide à financer et à développer l’éducation religieuse et islamique dans les pays occidentaux. Les documents concernent des conversations entre les diplomates de l’ambassade d’Arabie Saoudite à Ottawa et le gouvernement de Riyad. Des échanges de 2012 et de 2013 qui concernent par exemple l’attribution de 211.000 dollars à une école à Ottawa et de 134.000 dollars à une autre de Mississauga. Les deux écoles ont confirmé aux journaux canadiens ces révélations : ces dons auraient servi, selon eux, à aider à construire de nouveaux bâtiments et à acheter du matériel scolaire.

Ottawa islamic school Lire la suite

Le gouvernement québecois présente son projet de loi sur la neutralité religieuse

Québec renonce à interdire les signes religieux, à l’exception du voile intégral — comme la burqa ou le niqab — qui sera banni du secteur public. Les services publics devront être offerts et reçus à visage découvert, en vertu du projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État déposé mercredi à l’Assemblée nationale. Le gouvernement Couillard va en deça des conclusions du rapport Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables et n’interdit pas les signes religieux pour les juges et les gardiens de prison. Le tchador, ce voile sombre qui couvre le corps des femmes de la tête aux pieds à l’exception du visage, n’est pas non plus visé par les restrictions imposées par la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée. En 2014, Philippe Couillard [premier ministre du Québec et chef du gouvernement] parlait pourtant du tchador comme d’un symbole de l’oppression de la femme. Le projet de loi n’interdit pas le port de signes religieux, comme le faisait la charte des valeurs du gouvernement Marois. «On ne légifère pas sur les vêtements», a précisé la ministre. Le port du kirpan, ce petit poignard porté par les sikhs, n’est pas ciblé lui non plus par la nouvelle réglementation. Les accommodements religieux devront néanmoins respecter certaines balises, comme l’égalité homme femme.

 

Stéphanie Vallée, la ministre de la Justice du Québec

Stéphanie Vallée, la ministre de la Justice du Québec

Lire la suite

Après la Suède, l’Arabie Saoudite en bisbille avec le Canada

L’affaire Raif Badawi n’en finit pas de susciter de nombreuses condamnations de l’Arabie Saoudite, qui a mis en branle son service des relations étrangères pour prévenir toute nouvelle critique d’un système judiciaire inégal, archaïque et considéré comme attentant aux droits de l’Homme. Après le clash avec la Suède, c’est au tour du Canada d’être indirectement menacé de représailles diplomatiques s’il décidait à son tour de critiquer le système judiciaire saoudien qui, rappelons-le, est directement basé sur la Charia, la loi coranique. Au cœur de ces critiques donc, l’affaire Raif Badawi, ce blogueur saoudien progressiste, ayant écrit sur son blog que « musulmans, chrétiens, juifs et athées sont tous égaux », condamné par la justice saoudienne à dix ans de prison, 1 000 coups de fouet, distribués en vingt séances hebdomadaires de flagellation, une amende d’un million de ryals (266 000 dollars) et une interdiction de voyage de dix ans à l’expiration de sa peine de prison. Tout cela pour insulte à l’Islam. Par la suite, son avocat a été condamné à 15 ans de prison pour une sorte de crime de lèse-majesté. Cette condamnation a été vivement condamnée par la communauté internationale et a fait l’objet d’un grand nombre de manifestations de soutien dans les pays occidentaux.

Raif Badawi, blogueur condamné par la justice saoudienne

Lire la suite