Le CFCM appelle les musulmans de France à la solidarité avec les réfugiés

Le Conseil Français du Culte Musulman a demandé aux fidèles musulmans d’apporter à leur tour leur soutien aux réfugiés. Après le Pape François, ou encore Haïm Korsia, le Grand Rabbin de France, tous deux ayant appelé à venir en soutien aux réfugiés arrivant en Europe, c’est au tour du CFCM de se mobiliser. Nous retranscrivons le communiqué qu’ils ont fait paraître :

Une tragédie humaine sans précédent est en train de se dérouler devant nos yeux en plein méditerranée, berceau de la civilisation humaine. En effet, plusieurs pays du Moyen-Orient et de l’Afrique sub-saharienne sont confrontés à la guerre et aux persécutions, à la misère et à la faim, poussant ainsi des populations civiles démunies à préférer prendre les risques de mourir plutôt que de continuer à vivre dans des conditions indignes et inhumaines.
Anouar Kbibech, le successeur de Dalil Boubakeur

Anouar Kbibech, le président du CFCM

Lire la suite

Publicités

Un acte criminel à l’origine de l’incendie de la mosquée de Auch

Un acte criminel est à l’origine d’un incendie qui a détruit dimanche à l’aube la mosquée d’Auch, dans le sud-ouest de la France, ont annoncé lundi les autorités judiciaires locales. « Nous pouvons affirmer en l’état de l’enquête que c’est un acte volontaire réfléchi (qui est) à l’origine de l’incendie », a déclaré à l’AFP le procureur d’Auch, Pierre Aurignac, après s’être rendu sur les lieux pour être informé des premiers éléments de l’expertise en cours. « Le ou les auteurs ont visiblement utilisé un accélérant de type hydrocarbure pour accélérer le départ de l’incendie par le toit de l’édifice », a ajouté le procureur. « Ceci explique l’étendue des dégâts occasionnés », a-t-il souligné. « Un travail considérable reste à réaliser avant de parvenir à identifier et traduire en justice le ou les auteurs », a ajouté le magistrat, précisant qu‘ »aucune piste n’est actuellement privilégiée ».

Les dégâts causés par l'incendie sur la mosquée de Auch

Les dégâts causés par l’incendie sur la mosquée de Auch

Lire la suite

France : Dalil Boubakeur quitte la présidence du Conseil Français du Culte Musulman et fait part de ses regrets

« J’aurais su, j’aurais pas venu », dit-il dans un sourire jaune : Dalil Boubakeur n’est pas fâché de quitter la présidence du Conseil français du culte musulman (CFCM), fatigué par les critiques et pessimiste devant les « prophéties négatives » qui agitent l’islam. À 74 ans, ce médecin érudit transmettra mardi les rênes de l’instance représentative à Anouar Kbibech, lié au Maroc, pour se recentrer sur la grande mosquée de Paris, fief algérien dont il est recteur depuis 23 ans. Premier président (2003-2008) du CFCM, Dalil Boubakeur y est revenu mi-2013 dans le cadre d’une présidence désormais tournante tous les deux ans. Le mandat de trop ? Le Dr Boubakeur n’en voulait pas. Chems-Eddine Hafiz devait en hériter au titre de la mosquée de Paris. Mais cet avocat a défendu le Front Polisario, mouvement indépendantiste du Sahara occidental : une provocation pour les Marocains. Dalil Boubakeur a donc accepté de reprendre du service alors que, confie-t-il, il s’était « sauvé dans le Nord pour fuir toute tentation d’y retourner ». Deux ans plus tard, contre vents et marées, il défend son bilan. Une note du CFCM liste en 27 points ses actions et prises de position, « face au dénigrement médiatique et sans fondement que subit l’instance représentative depuis quelques semaines ».

Dalil Boubakeur, président sortant du CFCM

Dalil Boubakeur, président sortant du CFCM

Lire la suite

Le président de l’UOIF, Amar Lasfar, demande que les deux grandes fêtes musulmanes deviennent fériées

Le président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar, proche des Frères musulmans, a demandé mardi soir que les deux grandes fêtes de l’islam, l’Aïd el-Fitr et l’Aïd el-Adha, soient fériées en France. « J’aimerais que les deux grandes fêtes musulmanes soient des jours fériés dans notre pays », a déclaré Amar Lasfar, profitant de l’annonce à la grande mosquée de Paris du début du ramadan 2015, fixé à jeudi, pour faire cette demande. Le président de l’UOIF voit l’Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne qui suit le mois de ramadan, et l’Aïd el-Kébir ou Aïd el-Adha, la grande fête ou fête du sacrifice, comme de possibles « moments de retrouvailles pour tous les citoyens ». « Nous le demandons non en tant que musulmans mais en tant que citoyens de notre pays », a souligné Amar Lasfar, évoquant une « demande légitime » en phase avec « l’importance de l’islam » (cinq millions de personnes, pratiquantes ou non) en France.

Amar Lasfar, le président de l'UOIF

Amar Lasfar, le président de l’UOIF

Lire la suite

Le Parti Socialiste s’invite au gala de soutien du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF)

C’est vendredi 29 mai que s’est tenu à Paris le gala de soutien du Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF). Cette association, bien connue pour sa virulence à l’égard de toute critique contre la religion musulmane et défendant la théorie d’une islamophobie nationale, avait cette année pour invités « exceptionnels » l’humoriste Yassine Belattar, maître de cérémonie, adepte d’un humour basé sur les communautés, Houria Bouteldja, des Indigènes de la République, ou encore la plus connue Rokhaya Diallo. Des invités qui, fondamentalement, représentent une certaine frange de la lutte anti-racisme et pro-communautaire, cette frange qui avait signé un très virulent appel « Pour la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo » en 2011, lors de la première affaire des caricatures de Mahomet, et bien avant le drame de janvier, ce qui a débouché pour beaucoup au « Oui, Charlie Hebdo a le droit de caricaturer Mahomet, MAIS… ». Une association ayant donc fait de son soutien quasi-total à l’Islam sa marque de fabrique, l’opposant à une société blanche – terme que j’emploie à dessein tant Rokhaya Diallo aime à faire cette distinction dans ses livres – qui se voudrait évidemment islamophobe par essence.

Affiche du dîner du CCIF

Affiche du dîner du CCIF

Lire la suite