Etats-Unis : un adolescent condamné à 11 ans de prison pour soutien à l’EI

Un jeune homme de 17 ans habitant en Virginie (est des Etats-Unis) a été condamné vendredi à 11 ans et quatre mois de prison pour avoir apporté un soutien matériel aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI). Ali Shukri Amin, qui avait plaidé coupable en juin, restera également sous surveillance pour le reste de sa vie, notamment ses activités sur internet. Il est le premier mineur condamné aux Etats-Unis pour soutien matériel au groupe extrémiste. Le jeune homme était très actif sur Twitter: il a notamment envoyé plus de 7.000 messages de soutien au groupe EI sur le réseau social. Dans un de ces messages, cet amateur de nouvelles technologies avait donné des conseils aux islamistes pour utiliser des bitcoins, une monnaie virtuelle, et pour crypter leurs échanges en ligne. Il a également offert son aide à des sympathisants souhaitant se rendre en Syrie pour combattre aux côtés des extrémistes du groupe EI.

Ali Shukri Amin, par un croquis d'audience

Ali Shukri Amin, par un croquis d’audience

Lire la suite

Geert Wilders veut brandir des caricatures de Mahomet au parlement néerlandais

Geert Wilders, le député néerlandais fondateur du parti d’extrême-droite PVV (Parti de la Liberté), a déclaré qu’il allait demander au parlement néerlandais de pouvoir brandir les dessins présentés par les dessinateurs présents à Garland, au Texas, où une tentative d’attentat a eu lieu dimanche 3 mai. Geert Wilders était présent lors de ce concours de caricatures de Mahomet organisé par une association radicale d’opposition à l’Islam Stop the islamisation of America. Il avait quitté les lieux quelques minutes avant l’attentat. Les deux hommes à la fusil mitrailleuse ont été abattus par la police avant qu’il n’y ait de victimes. Ils seraient proches de DAESH. Selon Pamela Geller, la promotrice de l’évènement, Garland, dans le Texas, avait été choisi car c’était ici que les leaders musulmans américains avaient tenu une conférence sur la lutte contre l’islamophobie une semaine après les attentats de Charlie.

Geert Wilders

Geert Wilders

Lire la suite