Les Eglises d’Angleterre appellent le gouvernement britannique à changer de discours sur la situation à Calais

Les leaders de quatre Églises britanniques ont appelé le gouvernement de David Cameron à changer la tonalité de son discours sur les migrants. Les figures principales de l’Église d’Écosse, de l’Église Méthodiste, de l’Église Baptiste de Grande-Bretagne et des Églises Réformées se sont exprimés en chœur dans un communiqué commun sur la situation des migrants à Calais, soulignant l’importance d’un débat public sur la base des valeurs de compassions et des décisions qui doivent être prises au vu de la situation difficile actuelle. Ils demandent au gouvernement d’adopter un langage qui reflète plus les valeurs britanniques de compassion, d’hospitalité et de respect pour la dignité humaine, et de promouvoir un débat sur des bases solides et des informations véritables.

calais immigration

Lire la suite

Publicités

L’Etat Islamique prévoyait un attentat contre la reine d’Angleterre

L’État Islamique a projeté l’assassinat de la reine Elizabeth II ce samedi 15 août, jour des célébrations prévues dans la capitale anglaise pour le 70ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale dans le Pacifique. C’est en tout cas ce qu’affirme le Mail on Sunday, information reprise par la majorité des médias britanniques. La réussite d’une telle opération aurait évidemment eu une résonance mondiale et bouleversé l’échiquier royal. L’attentat aurait été déjoué par les unités spéciales de Scotland Yard, celles protégeant la famille royale et le premier ministre, et le MI5, le contre-espionnage britannique. La cellule jihadiste voulait faire exploser un dispositif improvisé composé d’une casserole sous pression bourrée d’explosifs et de clous. Le même type de dispositif utilisé par les frères Tsarnaev, liés à Al-Qaïda, lors de l’attentat au marathon de Boston le 15 avril 2013, faisait 3 morts et 264 blessés.

La reine Elizabeth II

La reine Elizabeth II

Lire la suite

#notanotherbrother : la campagne britannique pour contrer les discours extrémistes sur les réseaux sociaux

La Quiliam Foundation, un think thank britannique visant à contrer l’extrémisme, et notamment l’extrémisme islamique, a lancé une campagne sur les réseaux sociaux visant à détourner de possibles amateurs au jihad du désir de rejoindre les rangs de Daesh. C’est en reprenant certains codes utilisés par Daesh dans ses vidéos et sur les réseaux sociaux que la Quiliam Foundation tente de rappeler la réalité de l’enrôlement dans les troupes de l’État Islamique. Accompagné du hashtag #notanotherbrother, nom donné à la campagne, les vidéos réalisées par la Quiliam Foundation grâce au financement participatif montre la réalité de l’engagement et de la guerre, et vise principalement comme public les jeunes britanniques.

Lire la suite

David Cameron et l’extrémisme islamiste, la fin de l’innocence – Extraits du discours (Partie 2)

Après la première partie, déjà publiée, de l’intervention de David Cameron, le premier ministre britannique, sur la lutte contre le terrorisme, voici la deuxième partie de son intervention, avec de nombreux extraits partiels de son discours, traduits en français par un natif pour CRISSEMENT ATHÉE. Nous reprenons donc là où se terminait la première partie :

« Deuxièmement, pour contrer cette idéologie, une partie clé de notre stratégie est de s’opposer aux deux parties de la croyance – les violents et les non-violents. C’est à dire se confronter à des groupes ou des organisations qui ne se font pas les avocats de la violence mais qui font la promotion des discours extrémistes. Nous devons voir que si vous dites « Je condamne la terreur mais les kâfirs [le non-croyant en islam NDRL] sont inférieurs » ou « Les violences dans Londres sont injustifiées mais les attentats-suicides en Israël c’est différent », alors vous êtes une partie du problème […]C’est pourquoi nous avons banni des prêcheurs de haine de notre pays […] Mais il faut faire plus en terme d’éducation. Nous avons fait une revue complète de nos écoles lorsque il est devenu évident que des extrémistes avaient pris le contrôle de certaines écoles, dans ledit scandale du Cheval de Troie, ici, à Birmingham […] Nous devons prendre des mesures contre les personnes clés qui influencent les gens et opèrent aux limites de la loi, mais qui clairement détestent la société britannique et ce pour quoi nous nous battons. » David Cameron annonce ensuite des mesures renforcées contre les prêcheurs de haine et la possibilité de prendre des actions pour bannir des chaînes de télévision satellitaire qui distillent la haine. 

David Cameron durant son discours

David Cameron durant son discours

Lire la suite

David Cameron et l’extrémisme islamiste, la fin de l’innocence – Extraits du discours (Partie 1)

Le premier ministre conservateur de Grande-Bretagne a donné aujourd’hui à Birmingham, la ville du Royaume-Uni, après Londres, avec la plus forte communauté musulmane, un long discours visant à offrir un plan d’action sur cinq ans dans la lutte contre le terrorisme et le radicalisme islamique. Il a dénoncé ouvertement certains problèmes dans l’intégration de certaines population, dans certaines zones du pays, qui laissent des jeunes dans un état de vulnérabilité tel qu’ils sont séduits par les avances de Daesh. La nouvelle charte contre le terrorisme que le gouvernement entend proposer en automne et dont Cameron a tracé ici les grandes lignes visera particulièrement les extrémistes qui endoctrinent les plus faibles, islamistes ou d’extrême-droite, pour les empêcher de leur laver le cerveau. Tel est en substance la teneur de son discours, énergique, aux prises de position certaines. Nous avons décidé de retranscrire en traduisant, les moments saillants de son discours qui ressemble à un grand déballage sur des pratiques culturelles, voire religieuses, qu’il ne veut plus tolérer. A noter que cela représente un changement notable dans le discours car David Cameron avait été jusqu’à présent relativement conciliant sur la question.

David Cameron durant son discours

David Cameron durant son discours

Lire la suite

Grande-Bretagne : polémique sur l’attitude à adopter face au drapeau de Daesh

Le drapeau noir de Daesh provoque la polémique en Grande-Bretagne. Tout a commencé lorsque les médias ont eu connaissance du fait que des policiers n’aient pas décidé d’arrêter un homme se promenant à Londres avec le drapeau de Daesh dans les mains. Bien qu’ils aient arrêté l’homme dans la rue, aucune autre mesure n’a été prise, cet homme restant selon eux « dans le cadre de la loi », aucun interdit ne pendant sur ce drapeau belliqueux. David Cameron avait pourtant affirmé qu’il voulait arrêter quiconque était en possession de ce drapeau. Dans un article du Sunday Telegraph d’août dernier, il disait avoir une position claire : « Si des personnes se promènent dans la rue avec un drapeau de Daesh ou essaient de recruter des gens pour leurs causes terroristes, ils seront arrêtés et leur matériels sera séquestré ». La loi encadrant potentiellement le comportement à avoir vis-à-vis du drapeau de Daesh serait la dernière loi anti-terroriste de Grande-Bretagne, la Public Order Act et le Terrorism act.

Boris Johnson, le maire de Londres

Boris Johnson, le maire de Londres

Lire la suite

David Cameron ne veut pas que la BBC utilise le terme d’Etat Islamique pour parler de Daesh

Passe d’arme entre la légendaire BBC et le gouvernement conservateur de David Cameron. Une partie du groupe de députés du Parti Conservateur, appuyés par le premier ministre, a accusé la chaîne de légitimer le groupe terroriste Daesh, en continuant d’utiliser leur appellation durant leurs reportages. Une lettre, signée par 120 députés et envoyée la semaine dernière au directeur général de la chaîne Tony Hall, demandait de changer la dénomination du groupe islamiste dans le média, qui utilise en général le terme d’État Islamique. Tony Hall a répondu en disant qu’ils ne faisaient que nommer le groupe avec le nom « par lequel eux-mêmes se définissent ». « Personne, parmi ceux qui écoutent nos reportages, ne peut avoir de doutes quant à l’organisation auxquels ils ont affaire. Nous appelons le groupe par le nom par lequel eux-mêmes se définissent, et nous réfléchissons régulièrement à notre approche. Nous utilisons de plus des descriptions additionnelles pour aider à rendre clair ce à quoi nous nous référons, c’est-à-dire l’État Islamique tel qu’ils se définit ».

Rehman Chishti, député conservateur et initiateur de la lettre envoyée à la BBC

Rehman Chishti, député conservateur et initiateur de la lettre envoyée à la BBC

Lire la suite

La ministre de l’éducation britannique considère que l’homophobie est un signe de radicalisation

Nicky Morgan, la ministre de l’éducation britannique, a affirmé lors d’un discours des écoles que l’homophobie chez un enfant pouvait être le signe d’une progressive radicalisation. Attaquer les valeurs britanniques ou une intolérance extrême envers les homosexuels sont, selon elle, des exemples de comportements pouvant déclencher l’alarme. Ces déclarations ont pour objectif de permettre aux enseignants britanniques d’identifier les élèves qui pourraient être sous l’influence d’organisations extrémistes ou pourrait être hameçonnées par celles-ci. Si les enseignants devaient percevoir des signes de radicalisation, leur rôle est de contacter l’administration scolaire, les services sociaux et le cas échéant la police. Ce discours fait suite au discours du premier ministre David Cameron qui mettait en garde cette semaine contre la radicalisation de la population musulmane du royaume, en appelant la population à devenir « intolérante à l’intolérance ».

Nicky Morgan, la ministre de l'éducation britannique

Nicky Morgan, la ministre de l’éducation britannique

Lire la suite