Vincent Lambert: les évêques de Rhône-Alpes se dressent contre un arrêt des soins

Les évêques de Rhône-Alpes, région où habitent les parents de Vincent Lambert, des catholiques traditionalistes farouchement opposés à un arrêt des soins, se sont élevés vivement mardi contre une décision médicale qui « risque de provoquer délibérément sa mort ». Vincent Lambert n’est « pas en fin de vie » et « ne fait l’objet d’aucun soin disproportionné », martèlent-ils dans une déclaration commune publiée sur le site internet du diocèse de Lyon, à deux jours de l’annonce de l’équipe médicale du CHU de Reims. Celle-ci doit annoncer jeudi à la famille sa décision d’arrêter ou non les traitements qui maintiennent en vie le patient tétraplégique en état végétatif, victime d’un accident de la route en 2008. Décision avec laquelle l’épouse de Vincent Lambert, une grande partie de ses frères et sœurs, ainsi que son neveu, sont eux d’accord.

Vincent Lambert

Vincent Lambert

Lire la suite

Le Vatican tente de se racheter une image en créant un tribunal pour juger les évêques ayant couvert des faits de pédophilie

Le Saint-Siège s’active peu à peu et lentement sur le front de la pédophilie dans le clergé. Les différents scandales mis en lumière ces dix dernières années, en chaque coins du globe, ont largement remis en question le crédit moral dont pouvait jouir l’Église. Le pape François a donc annoncé aujourd’hui la création d’une instance judiciaire chargée de juger les évêques ayant protégé des membres du clergé fautifs ou ayant volontairement couvert leurs agissements. Les évêques pourront être jugés pour « manquement à leur devoir professionnel » par cette « nouvelle instance judiciaire à l’intérieur de la Congrégation pour la doctrine de la foi ». Les associations d’anciennes victimes de prêtres pédophiles réclamaient depuis longtemps que le fait pour un évêque d’avoir couvert les abus sur mineurs par des prêtres de son diocèse soit un délit reconnu et puni par le Vatican. Le Vatican avait déjà renforcé depuis 2001 les prérogatives judiciaires de la Congrégation de la foi concernant les cas de pédophilie, obligeant déjà les évêques à faire remonter à Rome les manquements constatés à la bienséance cléricale. Si Benoît XVI avait participé à une réelle prise de conscience de la gravité et de la banalité de ces faits, le pape François a poursuivit sur cette voie en demandant officiellement pardon à toutes les victimes du ‘ »péché d’omissions » des hauts-responsables du clergé en juillet 2014.

Le pape François

Le pape François

Lire la suite