Immigration : quand les pays de l’Est prônent une sélection par la religion

Le nombre record de réfugiés qui se massent aux abords des frontières européennes provoquent dans les pays de l’espace Schengen différentes réactions, allant du rejet au refus, ou à un désir d’accueil de ces populations. Néanmoins, devant l’échec de la politique de quotas proposée par l’Union Européenne, certains pays ont fait valoir une préférence religieuse quant à l’accueil des populations, et ce en allant à l’encontre des lois européennes qui condamnent toute discrimination religieuse. Ainsi, il y a quelques jours, c’est la Slovaquie, par la voix du ministère de l’intérieur, qui se disait prête à accueillir deux-cents réfugiés mais à prévalence non-musulmane : « Nous voulons choisir des gens qui veulent réellement débuter une nouvelle vie en Slovaquie. La Slovaquie en tant que pays catholique peut vraiment aider les chrétiens de Syrie à trouver une nouvelle maison en Slovaquie. », s‘est ainsi exprimé Ivan Netik, porte-parole du ministère. « En Slovaquie, nous avons une très faible communauté musulmane, nous n’avons même pas de mosquées ».

Le président tchèque Miloš Zeman

Le président tchèque Miloš Zeman

Lire la suite