Les Femens s’invitent au Salon Musulman de Pontoise

Le groupe féministe militant des Femen s’est invité ce samedi au 3ème salon musulman du Val-d’Oise, une manifestation communautaire qui s’est tenue ce week-end, et de façon retentissante, comme à leur habitude. Les Femen ne sont pas débutantes dans l’art de contester la vision misogyne et inégalitaire de la femme dans la religion musulmane, quand un certain nombre de fidèles considèrent que c’est dans l’Islam que la femme est la plus respectée – quand elle se plie aux règles édictées par les hommes. C’est donc seins nus, recouvertes de l’inscription « Personne ne me soumet » pour l’une et « Je suis mon propre prophète » pour l’autre, que deux membres des Femens ont interrompu le discours sur la manière de traiter la femme en Islam, la femme qui était au coeur de ce salon. Les Femen ont diffusé un communiqué sur leur page Facebook où elles dénoncent une « foire de l’oppression ».

L'action des Femen au salon musulman de Pontoise

L’action des Femen au salon musulman de Pontoise

Lire la suite

France: Bernard Cazeneuve condamne les maires désireux de n’accueillir que des réfugiés chrétiens

Le ministre français de l’Intérieur a condamné mardi les déclarations de certains maires en France désireux d’accueillir des réfugiés « à condition qu’il soient chrétiens », qualifiant cette distinction entre chrétiens et non-chrétiens de « funeste ». « Cette distinction, je ne la comprends pas, je la condamne et elle me paraît funeste », a réagi Bernard Cazeneuve, interrogé par la chaîne de télévision France 2. « Il y a une situation en Syrie où toute une série de minorités sont persécutées », a souligné le ministre. « Les chrétiens d’Orient doivent être accueillis mais il y a aussi des musulmans qui sont persécutés et il y a d’autres minorités qui le sont avec le même degré de barbarie ». Bernard Cazeneuve a rappelé les termes de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, selon laquelle « quiconque est persécuté doit pouvoir être accueilli ». « La France doit pouvoir accueillir dans ses villes tous ceux qui sont persécutés quelles que soient leurs religions, leurs histoires », a-t-il ajouté.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur

Lire la suite

Une association porte plainte en France contre Maroc Hebdo et sa une « Faut-il brûler les homos ? »

Des soucis judiciaires en vue pour l’hebdomadaire marocain Maroc Hebdo qui en juin dernier avait sorti un magazine au titre pour le moins provocateur, mais plus probablement incitant à la haine et à la violence : « Faut-il brûler les homos ? », devant l’image de deux hommes riant amoureusement devant une piscine. Cette une avait suscité de nombreuses critiques dans le pays et à l’étranger pour son caractère provoquant et sans pincettes, ce qui avait obligé l’hebdomadaire à s’excuser et à retirer le magazine des kiosques. Aujourd’hui, c’est une association française pour la défense des droits des homosexuels, Mousse, qui vient de porter plainte contre le directeur de publication de l’hebdomadaire Mohamed Selhami.

La une controversée de Maroc Hebdo

La une controversée de Maroc Hebdo

Lire la suite

L’Observatoire contre l’islamophobie dénonce une hausse importante d’actes dit « islamophobes »

Les actes et menaces « islamophobes » ont presque quadruplé au premier semestre 2015 par rapport à la même période l’an dernier (274 contre 72), a annoncé vendredi l’Observatoire contre l’islamophobie, qui établit un lien direct avec les attentats jihadistes de janvier. Cette composante du Conseil français du culte musulman (CFCM) établit ses chiffres sur la base des plaintes et mains courantes recensés par le ministère de l’Intérieur. « Depuis la mise en place de l’Observatoire en 2011, nous n’avons jamais vu un phénomène aussi élevé. Cette explosion ne peut s’expliquer que par les actes terroristes commis depuis janvier, lesquels ne peuvent justifier la haine à l’égard de musulmans qui ne sont ni responsables ni coupables de tels crimes », a déclaré à l’AFP le président de l’Observatoire, Abdallah Zekri.

Abdallah Zekri, directeur de l'Observatoire contre l'islamophobie

Abdallah Zekri, directeur de l’Observatoire contre l’islamophobie

Lire la suite

France : la contrôleure des prisons défavorable au regroupement des détenus islamistes

La contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, se dit « défavorable » au regroupement des détenus islamistes dans le cadre de la lutte contre la radicalisation en prison et pointe le caractère « potentiellement dangereux » de cette mesure. La contrôleure publie ce mardi un rapport d’enquête fouillé sur la prise en charge de la radicalisation islamiste en milieu carcéral et un avis au Journal officiel. Le Premier ministre Manuel Valls avait annoncé en janvier après les attentats de Paris sa décision de regrouper les détenus islamistes dans des quartiers dédiés, dans le prolongement d’une expérience menée à Fresnes depuis octobre 2014, pour éviter le prosélytisme religieux radical et favoriser la prise en charge des personnes radicalisées.

Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté

Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté

Lire la suite

France : une dizaine d’imams « prêcheurs de haine » expulsés depuis le début de l’année

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré lundi sur Europe1 que quarante imams « prêcheurs de haine » avaient été expulsés de France depuis 2012, dont une dizaine depuis le début de l’année. « Nous avons depuis 2012 expulsé quarante prêcheurs de haine et imams. Dans les cinq années précédentes, il n’en avait été expulsé que quinze », a déclaré le ministre. « Depuis le début de l’année, il y a 22 dossiers qui sont en cours d’instruction, et une dizaine d’imams et de prêcheurs de haine qui ont été expulsés », a-t-il ajouté. Tout « prêcheur de haine qui a vocation à rester en France, s’il est étranger il sera expulsé, je le fais systématiquement », a dit le ministre.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur

Lire la suite

Attentat en Isère : qui est Yassin Sahli ?

Yassin Salhi, soupçonné d’être l’auteur de l’attentat perpétré vendredi près de Lyon, avait été repéré par les autorités pour des liens avec la mouvance salafiste mais ce père de trois enfants originaire du Doubs n’avait jamais fait parler de lui pour des faits délictueux. Né à Pontarlier, près de la frontière suisse, il y a 35 ans d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine, le suspect y avait été repéré par les services spécialisés dès les années 2005-2006, car il fréquentait un groupe de personnes adeptes de l’islam radical, sans pour autant faire de prosélytisme, a expliqué à l’AFP une source proche de l’enquête. Selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, il était « en lien avec la mouvance salafiste ». Sans casier judiciaire, il avait été fiché notamment de 2006 à 2008.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, sur les lieux de l'attentat.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, sur les lieux de l’attentat.

Lire la suite

France: la mère d’un adolescent parti en Syrie échoue à faire condamner l’Etat en justice

La justice française a rejeté mardi la requête d’une mère qui lui demandait de condamner l’État pour ne pas avoir empêché son fils de partir combattre en Syrie alors qu’il était mineur. Dans son jugement, le tribunal administratif de Paris a estimé que les services de police, qui avaient contrôlé le jeune homme à l’aéroport de Nice (sud-est) avant qu’il n’embarque pour la Turquie, « n’ont pas commis de faute de nature à engager la responsabilité de l’État ». Récemment converti à l’islam, l’adolescent âgé de 16 ans à l’époque des faits ne montrait aucun signe de radicalisation, selon sa mère. Il avait embarqué le 27 décembre 2013 à bord d’un avion à destination d’Istanbul pour rejoindre la Syrie, où il se trouverait toujours.

DAESH

Lire la suite

Une assemblée très niqab lors d’une cérémonie publique dans les locaux de l’ENSTA à Brest

En matière de voile intégral, y aurait-il des intouchables ? Lundi, une trentaine d’élèves saoudiens participaient à un moment clé de leur formation, au sein de l’École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA-Bretagne). Dix d’entre eux recevaient leurs galons d’officiers, en présence de leurs familles venues spécialement de Riyad. Ces futurs cadres militaires saoudiens se forment dans l’Hexagone -d’autres grandes écoles en accueillent aussi- en vertu d’un accord bilatéral entre la France et le royaume arabe. Dans l’assemblée, une dizaine de femmes de leurs familles assistaient à cette cérémonie militaire -organisée dans un établissement public et où la presse était invitée- intégralement voilées : leurs visages étaient dissimulés derrière un « niqab », ne laissant apparaître que leurs yeux. Parmi les invités de cette cérémonie présidée par le préfet maritime de l’Atlantique, on comptait bon nombre de représentants civils et militaires, attachés de près ou de loin à la Direction générale de l’armement et au ministère de la Défense, les deux autorités de tutelle de l’école. Certains se sont émus de la présence de ces femmes au visage masqué, ostensiblement contrevenantes à la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.
Une photo prise lors de la cérémonie

Une photo prise lors de la cérémonie

Lire la suite

France: le gouvernement entame un large « dialogue » avec l’islam

Le gouvernement français organise lundi la première réunion d’une large « instance de dialogue avec l’islam de France » pour refonder la relation de l’État avec une communauté musulmane en mal de représentants et secouée par les attentats jihadistes de janvier. Entre 120 et 150 responsables de fédérations, recteurs de mosquées, imams, aumôniers, théologiens, islamologues et personnalités de la société civile, sans compter les représentants des pouvoirs publics, participeront à une demi-journée de débats au ministère de l’Intérieur. Parmi les thèmes abordés figureront la sécurité des lieux de culte et l’image parfois dégradée de l’islam – deuxième communauté confessionnelle de France, avec environ 5 millions de membres, pratiquants ou non – dans les médias et l’opinion publique. La construction et la gestion des lieux de culte musulmans (2.500 actuellement, 300 mosquées en projet) sera aussi évoquée. Comme les pratiques rituelles, la certification du halal, le nombre insuffisant d’abattoirs, les éventuels abus financiers liés au pèlerinage à la Mecque (hajj) ou le manque de carrés musulmans dans les cimetières.

Salle de prière islam

Lire la suite