Le ministre du tourisme égyptien veut fermer les établissements empêchant l’entrée aux femmes portant le hijab

Le ministre égyptien du tourisme Khaled Abbas Rami a déclaré que tout restaurant ou service touristique qui interdirait la présence de femmes vêtues d’un hijab serait fermé. C’est dans une interview au journal El-Watan que le ministre a divulgué son intention : « Étant donné que 90% des femmes en Égypte portent le hijab, nous ne devons pas, nous ne pouvons pas prendre de telles décisions [interdire ces services aux femmes portant le hijab]. Nous refusons la discrimination sous toutes ses formes, qu’elles soient basées sur les habitudes vestimentaires, la couleur de peau ou la religion ». Il a ainsi affirmé que le gouvernement prendrait « des décisions immédiates » pour « fermer tout restaurant ou service touristique » pratiquant la discrimination sur ces présupposés.

Khaled Abbas Rami, ministre égyptien du tourisme

Khaled Abbas Rami, ministre égyptien du tourisme

Lire la suite

Un tribunal du Travail britannique déboute une plaignante se disant victime de discrimination religieuse

Un Tribunal du Travail anglais a débouté en appel la plainte d’une femme de confession musulmane se considérant discriminée, après qu’on lui ait dit au cours d’un entretien d’embauche que son jilbab pouvait être source de danger. T. Begum postulait à un poste d’apprentie dans une nursery, mais le manager a demandé si elle pourrait, si elle était embauchée, de porter un jilbab qui ne recouvre pas entièrement ses pieds car cela pourrait être source de chute pour les enfants ou les autres membres du staff. Durant l’entretien, Mme Begum portait un jilbab. Le manager lui avait déclaré que ce type de vêtement n’était pas adapté à un travail en nursery, à cause de sa largeur et de sa taille. Il lui avait alors demandé de porter, si elle avait le poste, un vêtement légèrement plus court, ne posant pas de problèmes de chute éventuelle des petits. La plaignante a donc entamé une action en justice, se considérant « insultée » par cette requête, et que le fait de porter un jilbab qui s’arrêterait aux chevilles allait à l’encontre de « sa morale et de sa croyance ». Elle considérait donc avoir été « discriminée » pour des raison « ethniques et culturelles ».

Dessin du dessinateur Malcom Evans

Dessin du dessinateur Malcom Evans

Lire la suite