L’Observatoire contre l’islamophobie dénonce une hausse importante d’actes dit « islamophobes »

Les actes et menaces « islamophobes » ont presque quadruplé au premier semestre 2015 par rapport à la même période l’an dernier (274 contre 72), a annoncé vendredi l’Observatoire contre l’islamophobie, qui établit un lien direct avec les attentats jihadistes de janvier. Cette composante du Conseil français du culte musulman (CFCM) établit ses chiffres sur la base des plaintes et mains courantes recensés par le ministère de l’Intérieur. « Depuis la mise en place de l’Observatoire en 2011, nous n’avons jamais vu un phénomène aussi élevé. Cette explosion ne peut s’expliquer que par les actes terroristes commis depuis janvier, lesquels ne peuvent justifier la haine à l’égard de musulmans qui ne sont ni responsables ni coupables de tels crimes », a déclaré à l’AFP le président de l’Observatoire, Abdallah Zekri.

Abdallah Zekri, directeur de l'Observatoire contre l'islamophobie

Abdallah Zekri, directeur de l’Observatoire contre l’islamophobie

Lire la suite

Publicités

Les djihadistes ont leur « Mein Kampf », disponible jusque sur Amazon

Trente-huit touristes exécutés sur une plage de Tunisie, 27 morts et 227 blessés dans l’explosion d’une mosquée chiite au Koweït, au moins 200 civils tués à Kobané dans l’un des pires massacres perpétrés en Syrie… Un an après sa création, Daech fête son anniversaire dans le sang. Cette vague meurtrière intervient après un appel lancé par le porte-parole officiel de l’organisation État islamique, invitant les musulmans du monde entier à engager la guerre sainte durant le mois sacré de ramadan, pour en faire un «mois de malheur pour les mécréants». Quelques jours plus tôt, l’EI diffusait encore des vidéos insoutenables d’espions noyés dans des cages ou décapités par l’explosion d’un câble électrique qui reliait leurs têtes. Depuis la proclamation de son « califat » le 29 juin 2014, entre le Tigre et l’Euphrate, Daech est devenu le groupe djihadiste le plus tristement célèbre pour sa barbarie extrême et l’exploitation médiatique de ses crimes. «Une pornographie de la violence», selon les mots de Peter Harling, expert auprès de l’International Crisis Group, qui lui permet de capter l’attention mondiale.

Daesh

Lire la suite

L’association tunisienne de défense des homosexuels Shams sous le feu des critiques

L’association tunisienne Shams, association défendant le droit des homosexuels, bisexuels et transsexuels et œuvrant depuis trois ans dans la clandestinité, a reçu le 18 mai un visa légal du gouvernement lui permettant d’opérer en toute légalité. Cependant, cette autorisation n’est pas du goût de tout le monde, et ce notamment pour des raisons religieuses. Depuis l’obtention de ce visa, l’association a déclaré vouloir ouvrir un vrai débat sur la situation des homosexuels en Tunisie et permettre l’abrogation de la loi qui condamne non pas spécifiquement les homosexuels, mais la sodomie, a trois ans de prison, même avec consentement. Mais, comme il fallait s’y attendre, des voix conservatrices et moralisantes se sont élevées contre l’octroi de ce visa, qu’elles considèrent illégal car la loi réprime indirectement les relations homosexuelles. Le gouvernement, qui avait lui-même octroyé ce visa, a décidé, face aux pressions de se permettre de revenir sur sa décision, en indiquant que l’association n’avait pas dévoilé ses vrais objectifs dans sa demande officielle. Pire, le gouvernement étudie de porter plainte contre l’association pour ne pas avoir dit la vérité sur ses intentions pour l’obtention du visa.

Une affiche de l'association Shams

Une affiche de l’association Shams

Lire la suite

Geert Wilders veut brandir des caricatures de Mahomet au parlement néerlandais

Geert Wilders, le député néerlandais fondateur du parti d’extrême-droite PVV (Parti de la Liberté), a déclaré qu’il allait demander au parlement néerlandais de pouvoir brandir les dessins présentés par les dessinateurs présents à Garland, au Texas, où une tentative d’attentat a eu lieu dimanche 3 mai. Geert Wilders était présent lors de ce concours de caricatures de Mahomet organisé par une association radicale d’opposition à l’Islam Stop the islamisation of America. Il avait quitté les lieux quelques minutes avant l’attentat. Les deux hommes à la fusil mitrailleuse ont été abattus par la police avant qu’il n’y ait de victimes. Ils seraient proches de DAESH. Selon Pamela Geller, la promotrice de l’évènement, Garland, dans le Texas, avait été choisi car c’était ici que les leaders musulmans américains avaient tenu une conférence sur la lutte contre l’islamophobie une semaine après les attentats de Charlie.

Geert Wilders

Geert Wilders

Lire la suite

Attentats de Copenhague : à qui le tour ?

30000 personnes, dont Helle Thorning-Schlidt, la première ministre danoise, sont descendues dans la rue lundi 17 février à la mémoire des victimes de l’attentat de Copenhague. Samedi dernier, un homme armé d’un fusil-mitrailleur, Omar El-Hussein, a ciblé de coups de feu un centre culturel où étaient notamment réunis l’ambassadeur de France au Danemark François Zimeray et le caricaturiste suédois Lars Vilks. Ce dernier fait l’objet, tout comme les caricaturistes de Charlie Hebdo décédé dans l’attentat de Paris, d’une Fatwa après avoir participé à diffuser dans son pays les caricatures danoises du prophète Mahomet. Sans doute était-il la cible principale. Tous étaient réunis pour parler de la liberté d’expression ainsi que de la notion de blasphème, notion chez nous désuète mais refaisant ces derniers temps son apparition. Après avoir réussi à tuer Finn Nørgaard, réalisateur danois présent sur les lieux, le tueur est reparti en cavale, un peu à la manière des auteurs de l’attentat de Paris.

Finn Nørgaard, le réalisateur danois décédé dans l'attentat.

Finn Nørgaard, le réalisateur danois décédé dans l’attentat.

Lire la suite