Le président sortant du Nigeria Goodluck Jonathan abolit la mutilation génitale féminine

Battu aux élections présidentielles de mars dernier, le président du Nigeria Goodluck Jonathan, un chrétien évangélique, n’est plus depuis trois jours le président du Nigeria. Il a cédé sa place depuis le 29 mai à Muhammadu Buhari, un musulman sunnite, vainqueur des dernières élections présidentielles avec plus de 53% des voix. Mais avant de partir, l’une des dernières décisions de l’ancien président a été celle de faire voter par le parlement l’acte d’abolition de la mutilation génitale féminine, pratique courante dans le pays. Les associations militant pour que cesse cette pratique se sont félicitées de cette courageuse décision et espèrent que la loi aura un effet concret sur la population et poussera d’autres pays africains où les mutilations génitales féminines sont toujours légales et ouvertement pratiquées à en faire de même. La secrétaire d’État au Développement International britannique Justine Greening a félicité le gouvernement nigérian pour cette décision qui dénote un désir de progrès du droit des femmes à disposer de leur corps. La loi prévoit pour les contrevenants la possibilité d’une peine de 4 ans de prison ferme et de 1000 dollars d’amende.

Le désormais ancien président nigérian Goodluck Jonathan

Le désormais ancien président nigérian Goodluck Jonathan

Lire la suite