Une association porte plainte en France contre Maroc Hebdo et sa une « Faut-il brûler les homos ? »

Des soucis judiciaires en vue pour l’hebdomadaire marocain Maroc Hebdo qui en juin dernier avait sorti un magazine au titre pour le moins provocateur, mais plus probablement incitant à la haine et à la violence : « Faut-il brûler les homos ? », devant l’image de deux hommes riant amoureusement devant une piscine. Cette une avait suscité de nombreuses critiques dans le pays et à l’étranger pour son caractère provoquant et sans pincettes, ce qui avait obligé l’hebdomadaire à s’excuser et à retirer le magazine des kiosques. Aujourd’hui, c’est une association française pour la défense des droits des homosexuels, Mousse, qui vient de porter plainte contre le directeur de publication de l’hebdomadaire Mohamed Selhami.

La une controversée de Maroc Hebdo

La une controversée de Maroc Hebdo

Lire la suite

Publicités

Un évêque suisse évoque la mise à mort des homosexuels en citant la Bible

L’évêque de Coire enfonce le clou. Invité d’un congrès de catholiques ultra, vendredi à Fulda, Mgr Vitus Huonder a opportunément rappelé le châtiment que Dieu (ou du moins son dieu) réserve aux homosexuels. Notre monseigneur a cité in extenso Lévitique 18:22 et 20:13, deux passages plutôt implacables de la bible. «Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils commettent tous deux une abomination. Ils seront punis de mort, leur sang retombera sur eux», dit le second. Ces versets «suffisent à donner à la question de l’homosexualité sa vraie tournure», a estimé le prélat grison sous les vibrants applaudissements de plusieurs centaines de participants au congrès. Selon Queer.de, qui suit cet événement riche en dérapages consacré au mariage et à la famille, Huonder essayait de montrer, à l’intention de ses critiques, que certains propos homophobes sont parfaitement inattaquables. Coïncidence fâcheuse: c’est au nom de ces mêmes passages de la bible qu’un extrémiste juif a poignardé six personnes, la veille du discours de l’évêque, au milieu de la Gay Pride de Jérusalem.

L'évêque suisse Vitus Huonder

L’évêque suisse Vitus Huonder

Lire la suite

Turquie : des affiches menaçant de mort les homosexuels dans la capitale

 Un groupe islamiste a collé dans plusieurs quartiers d’Ankara des affiches menaçant de mort les homosexuels. Après une Gay Pride sévèrement réprimée par la police à Istanbul, cette action est un nouveau signe de l’intolérance qui vise la communauté homosexuelle en Turquie. « Faut-il tuer celui qui fait la sale besogne et s’adonne à la pratique du peuple de Loth ? », s’interrogent ces panneaux en référence au prophète dont, selon le Coran, le peuple a été exterminé pour avoir pratiqué l’homosexualité. Une organisation islamiste jusque-là inconnue du grand public, qui s’est baptisée la Jeune défense islamique, a revendiqué la pose de ces affiches sur son compte Twitter afin, écrit-elle, de « répondre aux agissements immoraux des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) ».
Photo prise lors de la Gay Pride d'Istambul

Photo prise lors de la Gay Pride d’Istambul

Lire la suite

Russie : Vladimir Poutine et l’Eglise orthodoxe considèrent l’Occident comme moralement décadent

Le président russe Vladimir Poutine et l’Église Orthodoxe russe ont tancé les Etats-Unis pour être sans dieu, moralement corrompu et sur la voie de la décadence. Une sorte de Guerre Froide à l’envers car, à l’époque, c’étaient les américains qui accusaient alors l’Union Soviétique, officiellement athée, d’être une nation « sans dieu ». « De nombreux pays euro-atlantiques se sont détournés de leurs racines, y compris de leurs valeurs chrétiennes. Les politiques qui sont poursuivies mettent sur le même plan une famille nombreuse avec un couple de même sexe, une foi en dieu et une croyance en Satan. C’est la voie de la décadence », a-t-il affirmé.

RUSSIA-PUTIN-RELIGION

Lire la suite

L’acteur iranien Bahram Radan inquiété après son soutien public à la légalisation des mariages de même sexe aux Etat-Unis

Un célèbre acteur iranien a dû faire amende honorable après avoir subi des pressions suite à un tweet que celui-ci avait posté en guise de soutien à la décision historique de légaliser les mariages homosexuels dans tous les États américains. Bahram Radan, connu en Iran comme le Brad Pitt iranien, a créé une vraie polémique dans le pays, où l’homosexualité demeure un sujet tabou au sein de la République Islamique et où il peut toujours être puni par la mort. Bahram Radan, acteur régulièrement primé dans son pays, a donné son opinion sur le sujet dans son tweet, dans le probable désir de faire avancer les choses dans le pays : « La décision de la Cour Suprême de légaliser les mariages de même sexe est historique, peut-être même à placer sur l’échelle de la fin de l’esclavage… de Lincoln à Obama ». Quelques heures après ce tweet, de nombreux utilisateurs de Twitter l’ont bombardé de remarques homophobes et certains médias du pays ont commencé à lui tomber dessus. Radan a dû effacer son tweet assez rapidement.

L'acteur iranien Bahram Radan

L’acteur iranien Bahram Radan

Lire la suite

L’Eglise Episcopale américaine autorise le mariage homosexuel

Quelques jours à peine après que la Cour Suprême américaine ait légalisé le mariage homosexuel dans tous les États des États-Unis, l’Église épiscopale américaine – affiliée aux anglicans – a voté à une écrasante majorité ce mercredi le droit du clergé de marier des couples du même sexe. Une fois encore, la branche américaine de l’Église anglicane, comptant deux millions de membres, montre une plus grande ouverture et tolérance envers l’homosexualité que ses cousins européens, beaucoup plus réticents à une telle ouverture envers les gays et lesbiennes. Présentée à l’assemblée générale de l’Église épiscopale, la résolution ôte du canon de mariage les termes « Hommes et femmes », et les remplace par un genre neutre. Le clergé ne sera toutefois pas obligé de célébrer des unions de même sexe, malgré le vote de la résolution. Une clause dans le canon revisité stipule qu’« il reste à la discrétion de chaque membre du clergé de cette Église la possibilité de décliner d’honorer ou de bénir un mariage », laissant ainsi la latitude aux plus réticents de ne pas avaliser ces mariages.

Gene Robinson, premier évêque ouvertement gay nommé par l’Église Episcopale

Gene Robinson, premier évêque ouvertement gay nommé par l’Église Épiscopale

Lire la suite

Maroc : un homme risque le lynchage à Fès à cause de sa prétendue homosexualité

C’est à Fès qu’a été tournée cette vidéo montrant une foule surexcitée s’en prenant à un homme supposé homosexuel. Cette vidéo, parue initialement sur le site goud.ma et reprise par le site du magazine progressiste Telquel, montre des images terribles, qui mettent en exergue combien les mouvements de masse peuvent être dangereux, notamment quand ils sont guidés par la bêtise humaine. L’homme en question est roué de coups et se retrouve à terre, totalement encerclé, tandis que certains jeunes filment avec leurs téléphones portables. La question de l’homosexualité est devenue une question de société au Maroc, au vu des récents évènements ayant mis en en lumière la répression dont sont victimes les homosexuels dans le pays, ce qui avait poussé, entre autres, à la démonstration du groupe Placebo au festival Mawazine de Rabat en faveur du droit des LGBT afin de demander à ce que l’homosexualité soit dépénalisée dans le royaume.

Lire la suite

Référendum en Irlande sur le mariage homosexuel : les enjeux

Vendredi se tiendra en Irlande un référendum sur la légalisation du mariage homosexuel. Dans un pays fortement influencé par le dogme chrétien, c’est une petite révolution. L’Irlande pourrait donc devenir le 21ème pays à autoriser le mariage homosexuel, le premier par référendum. Depuis 2011, le mariage civil des homosexuels est autorisé, ce qui avait déjà démontré un véritable changement dans les mentalités, surtout quand l’on songe que l’homosexualité n’a été décriminalisée qu’en 1993. Selon les sondages, le « Oui » l’emporterait assez largement, une large fourchette favorable lui étant donnée, entre 53 et 69%. Néanmoins, les sphères d’influence religieuses ont mis en place une campagne agressive pour contrer les partisans du « Oui », campagne qui semble porter ses fruits car les votants déclarant vouloir voter « Oui » déclinent à mesure que le référendum se rapproche. Les arguments tenus par les tenants du « Non » se rapprochent globalement de ceux rencontrés en France et relayés par le mouvement Manifs pour tous, pour qui la famille c’est une mère et un père.

Une affiche de campagne du

Une affiche de campagne du « Non » pour le référendum

Lire la suite