Russie : une page internet sur l’athéisme bloquée pour « insulte aux croyants »

En Russie, les athées perdent un espace de parole. La page d’un groupe baptisé « Il n’y a pas de dieu » sur le site Vkontakte, le facebook russe, particulièrement utilisé dans le pays, a ainsi été supprimée du réseau social à la suite d’une décision de justice. La loi ayant abouti à cette suppression est bien évidemment la loi concernant ledit sentiment religieux votée par le gouvernement Poutine et dont l’utilisation laissait craindre de probables dérives. Une loi criminalisant toute insulte envers les croyants et qui vise bien sûr à préserver la puissance de l’Église Orthodoxe russe, particulièrement choyée par Vladimir Poutine depuis quelques années maintenant. Le contrevenant risque jusqu’à trois ans de détention.

vkontakte

Lire la suite

Zoltan Istvan, un écrivan et journaliste américain, voudrait des files d’attente réservées aux athées dans les aéroports

A travers la signature d’un article sur le Huffington Post, l’auteur américain d’origine hongroise et peut-être futur candidat pour la présidentielle américaine de 2016 sous les couleurs du Transhumanist Party Zoltan Istvan a avancé une idée pour le moins originale. Figure du mouvement transhumaniste, Zoltan Istvan est un athée affirmé. Il a ainsi avancé la proposition que les athées disposent d’une file d’attente spéciale à l’aéroport. La raison : les athées ne seraient pas attirés par le terrorisme. L’idée lui est venue alors qu’il faisait la queue dans une file d’attente préalable aux contrôle de sécurité des passagers. Regardant autour de lui, il a réalisé qu’il se trouvait dans la file avec un sikh enturbanné, a femme musulmane, elle aussi voilée, et un prêtre catholique : « Je me suis étonné d’avoir à réellement attendre plusieurs heures en ligne alors qu’il n’existe, jusqu’à preuve du contraire, aucun athée qui ait pu être accusé d’avoir fait exploser ou d’avoir détourné un avion […] Les athées ne sont pas attirés par le terrorisme car ils sont trop sensés pour croire qu’ils connaissent toutes les réponses concernant l’univers ».

L'écrivain et penseur transhumaniste américain Zoltan Istvan

L’écrivain et penseur transhumaniste américain Zoltan Istvan

Lire la suite

Les musulmans de Russie demandent des plages séparées pour les hommes et les femmes

Une pétition proposée par la communauté musulmane de Moscou, visant à mettre en place des plages séparées pour les femmes, est en train d’obtenir un franc-succès et vient d’obtenir le soutien d’autres représentants religieux comme l’Église Orthodoxe russe, la communauté juive ainsi que la communauté bouddhiste. Cette demande a officiellement été adressée à la mairie de Moscou. Elle a été présentée par Albir Krganov, premier mufti de Moscou et à la tête du Directorat Spirituel des Musulmans de Russie. Il est par ailleurs membre de la commission nationale d’harmonisation des relations entre les groupes ethniques et religieux. Il a ainsi justifié cette requête par le fait que des centaines de milliers de croyants résidant à Moscou ne désire pas nager en des plages mixtes. « Comme tout le monde ne peut pas s’offrir des séjours à l’étranger,nous considérons comme nécessaire l’ouverture de zones de détente supplémentaires pour les résidents de la capitale qui ne peuvent rester sur des plages communes pour des raisons religieuses ou morales », a-t-il écrit dans la lettre accompagnant la pétition.

Albir Krganov, à la tête du Directorat Spirituel des Musulmans de Russie

Albir Krganov, à la tête du Directorat Spirituel des Musulmans de Russie

Lire la suite

Le philosophe Yvon Quiniou parle de son livre « Critique de la religion : Une imposture morale, intellectuelle et politique »

Alors que Freud, Nietzsche, Spinoza ou Hume en ont déjà fait le procès, pourquoi établir une critique de la religion aujourd’hui ?

Cette critique est liée au retour politique du religieux. Notamment quand il fait pression sur les institutions républicaines, à la manière de la Manif’ pour tous ; quand, en Europe de l’Est, une religion rétrograde essaie d’influencer la Constitution : ou quand, avec le Traité constitutionnel européen, les religions ont le droit d’intervenir dans la définition des lois. Par ailleurs, je m’inquiète de la montée de l’islamisme radical. Dans l’esprit de la philosophie des Lumières et des grands penseurs du XIXe siècle comme Feuerbach, Marx, Nietzsche et Freud, je tiens à montrer à quel point la religion demeure une imposture morale, intellectuelle et politique. Un imposteur prétend apporter ce qu’il n’apporte pas ou prétend être ce qu’il n’est pas. Les religions prétendent amener la Vérité, alors qu’elles n’amènent que des croyances.

Votre livre est-il un éloge de l’athéisme ?

Je distingue deux formes d’athéisme. L’athéisme dogmatique consiste à dire qu’il n’y a pas de Dieu. C’est celui de Marx ou du philosophe Marcel Conche. Ce dernier dit qu’un tel athéisme ne peut pas se démontrer, car il se prononce sur la totalité du réel. Mon athéisme est privatif. Je me passe de Dieu dans ma vie et analyse les religions comme un phénomène humain. Je m’inspire de la formule de Feuerbach : « Ce n’est pas la religion qui fait l’homme, mais l’homme qui fait la religion. » Ce sont les structures religieuses que je remets en cause. Pas l’élément subjectif de la croyance.

Critique de la religion : Une imposture morale, intellectuelle et politique

Lire la suite

L’anthropologue Jean-Loïc Le Quellec s’exprime sur l’enseignement du fait religieux à l’école

Nous vous reproposons ici une excellente interview de Jean-Loïc Le Quellec, anthropologue des mondes africains au CNRS, parue dans le journal L’humanité. Il revient sur la réforme du collège et sur les critiques émises concernant l’apprentissage du fait religieux et la prééminence donnée, selon certains, à l’enseignement de l’histoire et de l’expansion de l’islam. Le Quellec pointe à merveille l’erreur de base commise par nos pédagogues, qui n’est pas de savoir si primauté doit être donné au christianisme ou à l’islam, mais bien sur la nécessité de centrer une partie des savoirs sur le fait religieux comme élément de connaissance essentiel dans notre modernité. Si, de toute évidence, il importe de connaître les religions, il faut des outils intellectuels solides pour pouvoir en juger la pertinence ou l’intérêt et une capacité critique dont la majorité des collégiens n’est pas obligatoirement encore dotée. L’erreur est donc à la base. Car, comme le dit Le Quellec, « parler de la religion en général, c’est parler d’une chose imaginaire ». Peut-être est-il bon de le répéter.

Depuis les attentats de Charlie Hebdo, des voix s’élèvent pour que soit enseigné le fait religieux. Qu’en pensez-vous ?

Jean-Loïc Le Quellec Avant de répondre, il faudrait s’entendre sur ce que signifie le fait religieux. À vrai dire, ceux qui proposent cela ne l’ont jamais vraiment défini. S’agit-il des milliers de religions qui existent dans le monde ou s’agit-il seulement des trois monothéismes, les seules religions du Livre ? Parler de fait religieux relève d’un tour de passe-passe linguistique. En utilisant cette expression, on ne parlerait donc plus de religion, on serait dans le factuel, qui ne se discute pas. Le fait religieux serait un acquis, et il ne resterait plus alors qu’à discuter de pédagogie, de la meilleure façon de l’enseigner. En réalité, cette expression n’est qu’une autre manière de dénommer la religion. Or, parler de la religion en général, c’est parler d’une chose imaginaire. C’est endosser l’héritage de mouvements comme l’histoire des religions, elle-même issue du dialogue interreligieux. Cela revient à se préoccuper d’un tout petit monde par rapport à ce que sont les religions ! Où se trouvent par exemple le chamanisme, le panthéisme, l’animisme, le totémisme ? 
Ce sont des faits religieux ou non ? Et qu’en est-il de l’athéisme ?

Lire la suite

Des maires offrent leur ville pour ériger la statue de Ploërmel représentant Jean-Paul II

La statue de la ville de Ploërmel en Bretagne représentant le pape Jean-Paul II surmonté d’une arche, que la ville va être obligée de démonter par une décision de justice, vient peut-être de trouver repreneur. La construction de cette statue, représentant une personnalité religieuse, avait fait l’objet d’un recours en justice par l’association La libre pensée, car considérée ostentatoire et partiellement financée par des fonds publics. Après plusieurs rejets de la plainte, le tribunal administratif de Rennes l’avait acceptée, considérant comme allant à l’encontre de la loi de 1905 par la subvention de 4500 euros accordée pour la seule construction du socle. La ville a donc six mois pour enlever cette statue qui n’imaginait sans doute pas se retrouver au cœur du débat sur la laïcité. Mais cette histoire a débordé pour le coup les frontières françaises, car l’application de la laïcité dans ce cadre peut apparaître comme un peu trop pointilleuse pour d’autres pays.

La statue de Jean-Paul II à Ploërmel

La statue de Jean-Paul II à Ploërmel

Lire la suite

Waleed Al-husseini, l’apostat, le militant

Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Waleed Al-husseini est un militant athée, ancien musulman ayant rejeté sa foi, et donc un apostat. Il a été arrêté et incarcéré en Palestine après avoir posté des messages critiques envers l’Islam et en faveur de l’athéisme. Cette arrestation avait soulevé la critique des associations des droits de l’homme, son arrestation et sa détention n’ayant pas trouvé de justification pénale. Très présent sur les médias ces derniers jours après les différents attentats terroristes liés à l’Islam de ces derniers mois, il a créé le groupe Conseil des ex-musulmans de France et écrit un livre Blasphémateur! Les prisons d’Allah, tout à la critique et à la dénonciation du coran et de l’Islam. Waleed Al-husseini considère que la pomme pourrie au sein de l’Islam est au cœur du texte, et que ses lois et ses valeurs ne sont pas compatibles avec la démocratie. Waleed Al-husseini Lire la suite

Nicolas Bedos l’incroyant

Ce samedi 7 février 2015, Nicolas Bedos s’est fendu de sa petite chronique ponctuelle qui, ces derniers temps, prenaient particulièrement pour sujet les religions dans l’émission On n’est pas couché. Fidèle à lui-même, qu’il plaise ou non, il s’est lancé se samedi dans une éloge de l’incroyance, prenant pour point de départ le fait que dieu ait été depuis quelques mois un peu trop au centre des préoccupations de la société. Et celui qui ne croit pas a-t-il son mot à dire ? Celui qui ne croit pas aurait-il tort au premier degrés, serait-il hors du jeu par le seul fait de ne pas être un acteur volontaire de cette grande famille monothéiste tricéphale ? Bref, que l’humoriste plaise ou non, il prend le parti athée contre la mystification religieuse et ses interdits permanents.

Lire la suite

Stephen Fry nous donne son opinion sur dieu

Interviewé par le présentateur irlandais Gay Byrne pour sa célèbre émisson The meaning of life, Stephen Fry, athé notoire, s’est laissé aller  à quelques bonnes répliques suite à une question de Byrne sur dieu.

Dans cette émission, Byrne n’hésite pas à aborder la question religieuse et la foi de ses invités. A la question « Supposons que l’existence de dieu soit vraie et que vous vous retrouviez confronté à lui après votre mort, que lui diriez-vous ? », la réponse de Fry, réfléchie, semble totalement estomaquer le présentateur qui, probablement, ne s’attendait pas à une telle réponse :

Lire la suite

André Comte-Sponville : « C’est une raison de plus pour se battre et affirmer nos convictions d’athées »

Liberté d’expression, droit au blasphème et respect des croyances… Les attaques terroristes et les cas de perturbations de la minute de silence dans les établissements scolaires par des élèves ont soulevé beaucoup de questions sur la laïcité. Elles ont ravivé les débats autour de la place de la religion dans la société française.

Mais dans un pays qui compte près de 30% d’incroyants, comment se positionner lorsque l’on est athée ? Et comment vivre son athéisme ? Reste-t-il une place pour la spiritualité lorsque l’on ne croit pas en Dieu ? Francetv info a interrogé le philosophe André Comte-Sponville, auteur de L’Esprit de l’athéisme (éd. Albin Michel, 2006) et Du tragique au matérialisme (et retour) (éd. PUF, 2015).

comte-sponville esprit athéisme Lire la suite