Incidents à la mosquée Al-Aqsa sur l’Esplanade des mosquées – Réactions

Il y aura eu finalement 110 blessés, pour une large part légèrement, durant la journée de dimanche pour le début des festivités du nouvel an juif, Rosh Hashana. Les heurts ont eu lieu entre des activistes musulmans et les forces de police israélienne sur l’Esplanade des Mosquées, lieu saint tant chez les musulmans que chez les juifs. De source israélienne, de jeunes palestiniens auraient passé la nuit du samedi au dimanche à l’intérieur de la mosquée Al Aqsa,  avec des cailloux et des coktails molotov, dans le but d’empêcher l’accès à l’Esplanade aux visiteurs juifs désireux de fêter Rosh Hashana. Les forces de police israélienne auraient alors fait irruption dans l’enceinte de la mosquée just’après l’aube pour en déloger les occupants.

Israel Al Aqsa incident Jérusalem

Lire la suite

Publicités

En Inde, une fatwa lancée contre l’Etat Islamique

En Inde, plus de 1000 clercs musulmans on ratifié un document valant décision religieuse – une fatwa – qui condamne l’Etat Islamique, dont les actions sont considérées « non-islamiques », allant à l’encontre des préceptes de l’Islam. Ces leaders religieux appartiennent à plus d’une centaine de mosquées du pays, à des institutions éducatives ainsi qu’à des groupes civiques. Cette fatwa à l’encontre du groupe terroriste a été lancée initialement par un imam basé à Mumbai, Mohammed Manzar Hasan Ashrafi Misbahi, qui a par la suite réussi à convaincre d’autres imams de signer le document. « Les actions de l’Etat Islamique sont inhumaines et non-islamiques. L’Islam ne permet pas même la mort d’un animal. Ce que fait l’Etat Islamique est dommageable pour l’Islam », a-t-il affirmé pour expliquer le sens de ce document.

Mohammed Manzar Hasan Ashrafi Misbahi présentant le texte de la fatwa contre l'Etat Islamique

Mohammed Manzar Hasan Ashrafi Misbahi présentant le texte de la fatwa contre l’Etat Islamique

Lire la suite

Bulgarie : des manifestations nationalistes contre les mosquées finissent en guerilla

A Plovdiv, la deuxième ville du pays, de nombreux blessés et 120 personnes arrêtées après des heurts violents entre manifestants nationalistes et la police. Les manifestants étaient descendus dans les rues pour protester contre l’initiative du Grand Mufti de Bulgarie, Mustafa Alish Hadji, la plus haute autorité religieuse musulmane du pays, qui réclamait que soient restitués des dizaines de lieux de cultes séquestrés par l’Etat bulgare, d’abord par les tsars, puis par la monarchie, puis par le régime soviétique. Cette demande a donc soulevé la protestation et engendré des tensions entre chrétiens et la minorité musulmane du pays, présente majoritairement aux environs de la frontière turque. Cela a donné lieu à plusieurs heures de guerilla urbaines entre plusieurs centaines de militants nationalistes et la police qui cherchait à protéger d’un assaut la mosquée principale de la ville. De nombreux blessés sont à signaler, notamment chez les forces de l’ordre.

Des manifestants nationalistes à Plovdiv

Des manifestants nationalistes à Plovdiv

Lire la suite

Grande mosquée de Bucarest : le méga-projet d’Ankara divise les Roumains

La construction à Bucarest de la plus grande mosquée d’Europe divise l’opinion publique roumaine depuis qu’en avril dernier le Premier ministre Victor Ponta a signé avec Ankara un accord à ce sujet. Il scelle un partenariat lancé en 2004, lorsque le Patriarcat orthodoxe roumain a reçu du gouvernement turc un terrain à Istanbul, en échange des 11 000 m2 sur lesquels doit surgir la mosquée de Bucarest. L’échange ne devrait pas se prêter à la polémique, si ce n’est, remarquent certains, que la communauté musulmane de Roumanie ne compte à peine que 70 000 fidèles (pour l’essentiel d’origine turque et tatare vivant sur la côte), sur près de 20 millions d’habitants. Ainsi, intellectuels, théologues et une partie de l’opinion publique roumaine s’interroge sur le bien-fondé du projet et sur sa réelle nécessité.

manifestants roumanie mosquée

Lire la suite

Un acte criminel à l’origine de l’incendie de la mosquée de Auch

Un acte criminel est à l’origine d’un incendie qui a détruit dimanche à l’aube la mosquée d’Auch, dans le sud-ouest de la France, ont annoncé lundi les autorités judiciaires locales. « Nous pouvons affirmer en l’état de l’enquête que c’est un acte volontaire réfléchi (qui est) à l’origine de l’incendie », a déclaré à l’AFP le procureur d’Auch, Pierre Aurignac, après s’être rendu sur les lieux pour être informé des premiers éléments de l’expertise en cours. « Le ou les auteurs ont visiblement utilisé un accélérant de type hydrocarbure pour accélérer le départ de l’incendie par le toit de l’édifice », a ajouté le procureur. « Ceci explique l’étendue des dégâts occasionnés », a-t-il souligné. « Un travail considérable reste à réaliser avant de parvenir à identifier et traduire en justice le ou les auteurs », a ajouté le magistrat, précisant qu‘ »aucune piste n’est actuellement privilégiée ».

Les dégâts causés par l'incendie sur la mosquée de Auch

Les dégâts causés par l’incendie sur la mosquée de Auch

Lire la suite

Début du procès de deux professeurs d’une école islamique de Birmingham accusés d’avoir frappé un enfant avec un bâton

Deux professeurs d’une école islamique de Birmingham accusés d’avoir battu un de leurs élèves avec un bâton à plusieurs reprises ont admis avoir fait preuve de cruauté envers l’enfant lors de leur premier jour de procès. Mohammed Siddique, 60 ans, et son petit-fils de 23 ans Mohammed Wagar, avait initialement nié toute forme de violence avant de changer leur fusil d’épaule au premier jour du procès à la Birmingham Crown Court. Tous les deux avaient utilisé un bâton pour frapper leur victimes et ce en au moins quatre occasion l’année dernière. La cour s’est félicitée de l’aveu de culpabilité des prévenus afin que soit lancé le message que ce type de comportement était « inacceptable et criminel ».

Les deux accusés,  à la sortie du procès

Les deux accusés, à la sortie du procès

Lire la suite

Belgique : première expulsion d’un imam « prêcheur de haine »

La Belgique a décidé d’expulser pour la première fois un imam prêchant la violence, a indiqué mardi le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Théo Francken. Ce dernier a signé lundi soir un premier arrêté d’expulsion visant un homme marié et père de quatre enfants et ayant la double nationalité néerlandaise et marocaine. Selon l’hebdomadaire Le Vif-L’Express, il s’agit de Shayh Alami, « qui s’est fait connaître à Verviers par ses prêches incendiaires », où il officiait dans une mosquée somalienne. Certains jeunes auraient rejoint des groupes jihadistes en Syrie, influencés par ses prêches, selon le magazine. « Il était très actif dans les milieux islamistes extrémistes à et autour de Verviers, où un attentat a été déjoué en janvier », a expliqué Théo Francken, cité mardi par le journal néerlandophone De Morgen. « Il empoisonne l’esprit de nos jeunes et nous devons à tout prix lutter conter cela », a-t-il ajouté.

Théo Francken, le le secrétaire d’État à l'Asile et à la Migration de Belgique

Théo Francken, le le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration de Belgique

Lire la suite

Tunisie : 41 mosquées officiellement fermées, d’autres vont suivre

« Quarante et une mosquées hors de contrôle de l’État ont été, jusque-là, fermées ». C’est ce qu’a annoncé, vendredi 10 juillet, le ministre auprès du Chef du gouvernement chargé des relations avec les Instances constitutionnelles et la société civile, Kamel Jendoubi. Lors d’une conférence, Kamel Jendoubi a indiqué que « ces mosquées pourraient potentiellement constituer des endroits pour l’apologie du terrorisme et l’enrôlement des jihadistes », rapporte l’agence TAP. A ces 41 mosquées fermées, d’autres fermetures devraient suivre et ce, conformément à la loi sur les mosquées de 1989, a-t-il estimé sachant que le ministre des Affaires religieuses avait averti que toutes les mosquées qui sont hors de portée de l’État seront totalement fermées à la date du 5 juillet.

Kamel Jendoubi, ministre chargé des relations avec les Instances constitutionnelles et la société civile

Kamel Jendoubi, ministre chargé des relations avec les Instances constitutionnelles et la société civile

Lire la suite

Nigeria : une adolescente se fait exploser dans une mosquée, 12 morts

Au lendemain de l’attaque la plus meurtrière depuis un mois, une adolescente s’est fait exploser jeudi 2 juillet dans une mosquée de Malari au nord-est du Nigeria, tuant douze fidèles. « Jeudi peu après 14h00 (13H00 GMT), une kamikaze a lancé une attaque sur la mosquée de Malari, un village proche de Konduga à 35 km de Maiduguri, où elle a tué 12 fidèles et elle en a blessé sept autres », a rapporté Danlami Ajaokuta, le chef d’une milice locale. « La kamikaze était une jeune fille d’environ 15 ans, elle avait été repérée par les fidèles qui se préparaient pour la prière de l’après-midi », a-t-il ajouté. Gajimi Mala, un habitant qui a aidé à transporter les victimes, a confirmé ce bilan et l’âge approximatif de la jeune fille. « On ne la connaissait pas dans le village, et quand elle a été repérée près de la mosquée […] on lui a demandé de partir », a-t-il expliqué.

attentat nigéria mosquée

Lire la suite

France : une dizaine d’imams « prêcheurs de haine » expulsés depuis le début de l’année

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré lundi sur Europe1 que quarante imams « prêcheurs de haine » avaient été expulsés de France depuis 2012, dont une dizaine depuis le début de l’année. « Nous avons depuis 2012 expulsé quarante prêcheurs de haine et imams. Dans les cinq années précédentes, il n’en avait été expulsé que quinze », a déclaré le ministre. « Depuis le début de l’année, il y a 22 dossiers qui sont en cours d’instruction, et une dizaine d’imams et de prêcheurs de haine qui ont été expulsés », a-t-il ajouté. Tout « prêcheur de haine qui a vocation à rester en France, s’il est étranger il sera expulsé, je le fais systématiquement », a dit le ministre.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur

Lire la suite