Nigeria : le Mouvement Islamique du Nigeria (IMN) déclaré illégal

Le gouvernement nigérian est en passe d’interdire l’organisation politico-religieuse chiite dénommée Mouvement Islamique du Nigeria (IMN), après une succession de manifestations ayant entraîné des morts, dans la capitale Abuja. Ces manifestations sont liées au sort du leader du mouvement, le chef religieux chiite Ibrahim Zakzaky. Ce dernier est détenu par les autorité nigérianes depuis 2015, après avoir été arrêté par l’armée lors d’un raid, tuant au passage des partisans de ce dernier, soupçonné d’avoir tenté d’assassiner le chef des forces nigérianes.

wpid-sheik

Le cheikh Ibraheem Yaqoub Zakzaky, leader de l’IMN

Lire la suite

Cameroun: 400 civils tués par Boko Haram depuis 2014, violences militaires

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram « a massacré près de 400 civils dans le nord du Cameroun » depuis 2014, provoquant une « réaction brutale » des forces de sécurité camerounaises qui ont tué des dizaines de civils, affirme Amnesty International dans un rapport publié mercredi. Dans ce rapport, présenté au cours d’une conférence de presse à Yaoundé, Amnesty International revient sur certaines des tueries attribuées aux islamistes nigérians depuis janvier 2014.
« A Amchidé (Extrême-Nord, ville frontalière du Nigeria), des centaines, voire un millier de combattants de Boko Haram, ont attaqué le village le 15 octobre 2014, faisant au moins 30 victimes civiles, dont des personnes accusées de collaborer avec les autorités de l’Etat », rapporte le document.

Le président camerounais Paul Biya

Le président camerounais Paul Biya

Lire la suite

Nigeria: arrestation d’un des principaux commandants de Boko Haram lié à des attentats-suicides

L’agence nigériane de renseignements a annoncé dimanche l’arrestation des hommes soupçonnés d’être de hauts responsables de Boko Haram, dont un des principaux commandants du groupe islamiste, qui seraient liés à plusieurs attentats-suicides à travers le pays. Le Département de la sécurité d’État (DSS) a indiqué dans un communiqué avoir arrêté Usman Shuiabu alias Money, et d’autres membres de premier plan du groupe islamiste, entre juillet et août, dans les États de Lagos, Kano, Plateau, Enugu et Gombe. « Il convient de noter tout particulièrement l’arrestation le 8 juillet 2015, dans l’État de Gombe (nord-est), des responsables de la coordination et de l’exécution des attentats-suicides de Potiskum, Kano, Zaria et Jos », a précisé le DSS. « Shuaibu a avoué être le chef de file d’une équipe de neuf membres de la secte, envoyés à partir de la forêt de Sambisa pour perpétrer des attaques. Il a révélé que quatre des neuf ont été utilisés comme kamikazes pour commettre des attentats-suicides », selon le communiqué.

660x371xBoko-Haram-new.jpg.pagespeed.ic.qGc96UyXdf

Lire la suite

Nigeria : une adolescente se fait exploser dans une mosquée, 12 morts

Au lendemain de l’attaque la plus meurtrière depuis un mois, une adolescente s’est fait exploser jeudi 2 juillet dans une mosquée de Malari au nord-est du Nigeria, tuant douze fidèles. « Jeudi peu après 14h00 (13H00 GMT), une kamikaze a lancé une attaque sur la mosquée de Malari, un village proche de Konduga à 35 km de Maiduguri, où elle a tué 12 fidèles et elle en a blessé sept autres », a rapporté Danlami Ajaokuta, le chef d’une milice locale. « La kamikaze était une jeune fille d’environ 15 ans, elle avait été repérée par les fidèles qui se préparaient pour la prière de l’après-midi », a-t-il ajouté. Gajimi Mala, un habitant qui a aidé à transporter les victimes, a confirmé ce bilan et l’âge approximatif de la jeune fille. « On ne la connaissait pas dans le village, et quand elle a été repérée près de la mosquée […] on lui a demandé de partir », a-t-il expliqué.

attentat nigéria mosquée

Lire la suite

Le président sortant du Nigeria Goodluck Jonathan abolit la mutilation génitale féminine

Battu aux élections présidentielles de mars dernier, le président du Nigeria Goodluck Jonathan, un chrétien évangélique, n’est plus depuis trois jours le président du Nigeria. Il a cédé sa place depuis le 29 mai à Muhammadu Buhari, un musulman sunnite, vainqueur des dernières élections présidentielles avec plus de 53% des voix. Mais avant de partir, l’une des dernières décisions de l’ancien président a été celle de faire voter par le parlement l’acte d’abolition de la mutilation génitale féminine, pratique courante dans le pays. Les associations militant pour que cesse cette pratique se sont félicitées de cette courageuse décision et espèrent que la loi aura un effet concret sur la population et poussera d’autres pays africains où les mutilations génitales féminines sont toujours légales et ouvertement pratiquées à en faire de même. La secrétaire d’État au Développement International britannique Justine Greening a félicité le gouvernement nigérian pour cette décision qui dénote un désir de progrès du droit des femmes à disposer de leur corps. La loi prévoit pour les contrevenants la possibilité d’une peine de 4 ans de prison ferme et de 1000 dollars d’amende.

Le désormais ancien président nigérian Goodluck Jonathan

Le désormais ancien président nigérian Goodluck Jonathan

Lire la suite