Une assemblée très niqab lors d’une cérémonie publique dans les locaux de l’ENSTA à Brest

En matière de voile intégral, y aurait-il des intouchables ? Lundi, une trentaine d’élèves saoudiens participaient à un moment clé de leur formation, au sein de l’École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA-Bretagne). Dix d’entre eux recevaient leurs galons d’officiers, en présence de leurs familles venues spécialement de Riyad. Ces futurs cadres militaires saoudiens se forment dans l’Hexagone -d’autres grandes écoles en accueillent aussi- en vertu d’un accord bilatéral entre la France et le royaume arabe. Dans l’assemblée, une dizaine de femmes de leurs familles assistaient à cette cérémonie militaire -organisée dans un établissement public et où la presse était invitée- intégralement voilées : leurs visages étaient dissimulés derrière un « niqab », ne laissant apparaître que leurs yeux. Parmi les invités de cette cérémonie présidée par le préfet maritime de l’Atlantique, on comptait bon nombre de représentants civils et militaires, attachés de près ou de loin à la Direction générale de l’armement et au ministère de la Défense, les deux autorités de tutelle de l’école. Certains se sont émus de la présence de ces femmes au visage masqué, ostensiblement contrevenantes à la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.
Une photo prise lors de la cérémonie

Une photo prise lors de la cérémonie

Lire la suite