Le Pape François, personnage principal du jeu Papa Road

Alors que le souverain pontife est en pleine tournée en Amérique Latine, de jeunes créateurs de jeux-vidéos paraguayens ont eu l’idée de mettre en scène le Pape François dans sa papamobile, sur la route, et devant éviter toutes sortes d’obstacles. Dans Papa Road, utilisant une simple 2D, le Pape doit donc survivre dans les rues d’Asunción, la capitale paraguayenne. Quand sa voiture percute les obstacles placés sur sa route, le président paraguayen Horacio Cartes apparaît en brandissant une pancarte «Continuons». Selon les créateurs du jeu, il s’agissait aussi d’alerter sur les dépenses occasionnées par la venue du souverain pontife, avec notamment la rénovation du revêtement des routes que le Pape François utilisera durant son trajet, laissant de côté toutes les autres routes d’Asunción qui auraient elles aussi besoin d’un sérieux coup de neuf.

Capture d'écran du jeu vidéo Papa Road

Capture d’écran du jeu vidéo Papa Road

Lire la suite

Au Paraguay, la puissance de l’Eglise catholique met la vie d’une fillette enceinte en danger

Au Paraguay, une fillette de 10 ans, enceinte de 22 semaines après avoir été violée par son beau-père, ne peut avoir droit à l’avortement à cause de la puissance de l’Église catholique dans le pays. Ainsi, le ministre de la santé paraguayen Antonio Barrios a refusé la requête de la fillette et de sa mère de terminer prématurément cette grossesse indésirée. La mère de la fillette est actuellement emprisonnée pour ne pas avoir su protéger la fillette des viols répétés de son beau-père, toujours en fuite, et malgré qu’elle ait vraisemblablement averti à plusieurs reprises la police des viols qui se déroulaient sans toutefois jamais porter plainte.

Antonio Barrios, le ministre de la Santé paraguayen

Antonio Barrios, le ministre de la Santé paraguayen

Dans cette affaire qui secoue la société paraguayenne, c’est surtout la question de l’avortement dont il est fait débat, bien plus que de la question du viol, et notamment du viol dans le cadre familial, dans un pays où les grossesses précoces sont nombreuses tout comme les cas d’abus sexuels (19% des grossesses du pays sont le fait de mineurs). Selon le gouvernement conservateur d’Horacio Cartes  donc, il n’y a « aucune indication  » sur le fait que la santé de la fillette soit à risque, bien que des experts médicaux aient souligné que les jeunes adolescentes de moins de 15 ans ont des chances plus élevées de rencontrer des complications médicales, plus encore pour une fillette de 10 ans.

Lire la suite