Irlande du Nord : un pasteur poursuivi pour avoir défini l’islam « satanique »

Le pasteur James McConnell, 78 ans, est poursuivi par la justice nord-irlandaise pour avoir, durant un sermon prononcé en mai dernier, défini l’islam comme satanique. Il est poursuivi au nom d’une loi de 2003, dite « loi de communication », deux charges étant retenues contre lui : utilisation impropre d’un réseau de communication électronique et avoir véhiculé un message grossier et offensant, notamment par voies électroniques – son sermon ayant fuité sur la toile. Le cas de ce pasteur a recueilli une grande attention parmi la population catholique d’Irlande du Nord qui s’intéresse de très près au procès qui commencera le 1er octobre. Des centaines de catholiques ont « escorté » le pasteur jusqu’au tribunal où se mettent en place les discussions entre le procureur, Paul Dougan, et les avocats de la défense.

Le pasteur James McConnell

Le pasteur James McConnell

Lire la suite

Publicités

Une association porte plainte en France contre Maroc Hebdo et sa une « Faut-il brûler les homos ? »

Des soucis judiciaires en vue pour l’hebdomadaire marocain Maroc Hebdo qui en juin dernier avait sorti un magazine au titre pour le moins provocateur, mais plus probablement incitant à la haine et à la violence : « Faut-il brûler les homos ? », devant l’image de deux hommes riant amoureusement devant une piscine. Cette une avait suscité de nombreuses critiques dans le pays et à l’étranger pour son caractère provoquant et sans pincettes, ce qui avait obligé l’hebdomadaire à s’excuser et à retirer le magazine des kiosques. Aujourd’hui, c’est une association française pour la défense des droits des homosexuels, Mousse, qui vient de porter plainte contre le directeur de publication de l’hebdomadaire Mohamed Selhami.

La une controversée de Maroc Hebdo

La une controversée de Maroc Hebdo

Lire la suite

Début du procès de deux professeurs d’une école islamique de Birmingham accusés d’avoir frappé un enfant avec un bâton

Deux professeurs d’une école islamique de Birmingham accusés d’avoir battu un de leurs élèves avec un bâton à plusieurs reprises ont admis avoir fait preuve de cruauté envers l’enfant lors de leur premier jour de procès. Mohammed Siddique, 60 ans, et son petit-fils de 23 ans Mohammed Wagar, avait initialement nié toute forme de violence avant de changer leur fusil d’épaule au premier jour du procès à la Birmingham Crown Court. Tous les deux avaient utilisé un bâton pour frapper leur victimes et ce en au moins quatre occasion l’année dernière. La cour s’est félicitée de l’aveu de culpabilité des prévenus afin que soit lancé le message que ce type de comportement était « inacceptable et criminel ».

Les deux accusés,  à la sortie du procès

Les deux accusés, à la sortie du procès

Lire la suite

Turquie : procès de deux journalistes ayant publié une caricature de Mahomet parue dans Charlie Hebdo

La justice turque a ouvert jeudi le procès de deux chroniqueurs du quotidien d’opposition Cumhuriyet, accusés d’avoir diffusé la caricature du prophète Mahomet publiée en Une de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo après l’attentat du 7 janvier qui avait décimé sa rédaction. Le procureur a requis quatre ans et demi de prison contre Ceydan Karan et Hikmet Cetinkaya, poursuivis pour « incitation à la haine » et « insulte aux valeurs religieuses ». Cumhuriyet avait été le seul quotidien du monde musulman à reproduire dans son édition papier du mercredi 14 janvier deux versions réduites du numéro publié par Charlie Hebdo après l’attentat.

La journaliste turque Ceydan Karan

La journaliste turque Ceydan Karan

Lire la suite

France: la mère d’un adolescent parti en Syrie échoue à faire condamner l’Etat en justice

La justice française a rejeté mardi la requête d’une mère qui lui demandait de condamner l’État pour ne pas avoir empêché son fils de partir combattre en Syrie alors qu’il était mineur. Dans son jugement, le tribunal administratif de Paris a estimé que les services de police, qui avaient contrôlé le jeune homme à l’aéroport de Nice (sud-est) avant qu’il n’embarque pour la Turquie, « n’ont pas commis de faute de nature à engager la responsabilité de l’État ». Récemment converti à l’islam, l’adolescent âgé de 16 ans à l’époque des faits ne montrait aucun signe de radicalisation, selon sa mère. Il avait embarqué le 27 décembre 2013 à bord d’un avion à destination d’Istanbul pour rejoindre la Syrie, où il se trouverait toujours.

DAESH

Lire la suite