Le ministre marocain de la santé favorable à une libéralisation de l’avortement

Le ministre marocain de la Santé se dit favorable à une libéralisation de l’avortement, qui fait débat dans le royaume, estimant que la femme « devrait disposer de son corps », dans un entretien à l’hebdomadaire Tel Quel de vendredi.

Le fléau que constituent les centaines d’avortements clandestins pratiqués chaque jour au Maroc a resurgi dans l’actualité en début d’année, entraînant un profond débat dans l’opinion.
Le roi Mohammed VI doit prochainement étudier les propositions émises à sa demande par les ministères de la Justice et des Affaires islamiques ainsi que par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH).

« Je suis médecin et citoyen avant tout. Pour moi, la femme devrait disposer de son corps », estime pour sa part le ministre de la Santé, El Hossein Louardi, dans Tel Quel. « Selon moi, il faut absolument légaliser l’avortement, car ce n’est pas uniquement une question médicale mais également sociale », poursuit-il.
En guise d’argumentaire, M. Louardi évoque le cas d’une « femme démunie » tombant « enceinte d’un enfant dont elle n’a pas les moyens de s’occuper ». « Comment va-t-elle s’en sortir? Elle doit avoir le droit de décider », avance-t-il.

Le ministre de la santé marocain El Hossein El Ouardi

Le ministre de la santé marocain El Hossein El Ouardi

Lire la suite