Australie : plus d’un millier de cas d’abus sexuels sur enfants dans la communauté des Témoins de Jéhovah

Les Témoins de Jéhovah australiens sont empêtrés dans un scandale de pédophilie de grande ampleur. Selon les autorités australiennes, l’institution aurait couvert plus de 1000 cas d’abus sexuels sur enfants, des abus étalés sur les 60 dernières années. La même organisation qui avait enquêté sur les cas de pédophilie dans l’Église catholique australienne, une commission royale australienne visant à répondre aux cas d’abus sexuels, a le mandat pour enquêter sur toutes les organisations religieuses ou séculaires. Selon Angus Stewart, l’un des conseils de la commission d’enquête, s’exprimant lors de la première audition au sujet des Témoins de Jéhovah, l’organisation religieuse agit comme une secte avec des règles précises visant à éviter que ne soient dénoncés les scandales sexuels : « Selon les preuves collectés par la commission royale, il y aurait 1006 auteurs présumés d’abus sur enfants depuis 1950, identifiés par les Témoins de Jéhovah eux-mêmes, et aucun n’a été rapporté à la justice séculaire. Cela suggère que c’est la pratique courante des Témoins pour faire de la rétention d’information concernant les cas d’abus sexuels sur enfants, en ne faisant pas suivre les différentes allégations à la police ou autres autorités compétentes. ». 

La couverture d'un numéro de Tour de Garde, le magazine des Témoins de Jéhovah

La couverture d’un numéro de Tour de Garde, le magazine des Témoins de Jéhovah

Lire la suite

Jennifer Lopez et Placebo créent la polémique au Festival Mawazine de Rabat

Après la polémique et la censure tombée sur le film Much Loved de Nabil Ayouch, c’est au tour de Jennifer Lopez de s’attirer les critiques pour sa prestation lors du 14ème festival Mawazine à Rabat, où un panel de stars internationales ont foulé les scènes. Mais la prestation de la bombe latina n’a pas fait que des heureux, hormis bien sûr les spectateurs ayant assisté au show. Diffusée sur 2M, l’une des plus grandes chaînes de télévision marocaine, la danse lascive et les tenues provocantes de Jennifer Lopez ont été considérées comme « inadmissible »  et allant « à l’encontre de la loi de l’audiovisuel » selon Mustapha Khalfi, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement marocain. Si, bien sûr, une grande partie de la population ne voit rien de blâmable dans la chorégraphie de Jennifer Lopez, les réactions, notamment des politiques, sont symptomatiques de la différence de perception qu’il peut exister entre deux parties de la population à propos d’un festival drainant un nombre considérable de personnes – 160.000 spectateurs cette année.

Jennifer Lopez au Mawazine festival

Jennifer Lopez au Mawazine festival

Lire la suite