Angleterre : la décision d’une école publique à majorité musulmane d’abroger la séparation des sexes dans l’établissement suscite le mécontentement des parents

Le proviseur d’une école publique non-confessionnelle à majorité musulmane du nord-est de Londres a affirmé qu’il ne laisserait pas une « minorité militante » de parents mettre à mal son intention d’abolir la séparation des sexes à l’œuvre dans l’établissement. Au cœur de la discorde, un mur, appelé par les médias britanniques le « mur de la ségrégation », séparant les deux ailes d’un même établissement ayant servi à la mise en place d’une séparation entre filles et garçons. Ce mur était initialement la démarcation entre deux écoles attenantes, l’une pour garçons, l’autre pour filles, ayant depuis été réunies en une seule. L’école Crest Academies a conservé ce mur pour permettre une séparation entre filles et garçons. Cependant, le nouveau proviseur, Mohsen Ojja veut briser cette séparation radicale de la seule école non-confessionnelle de la région pratiquant la séparation des sexes, et placée sous surveillance accrue par l’administration après avoir failli à plusieurs critères d’inspection académique mis en place après le scandale dit du Cheval de Troie, dans lequel plusieurs lycées de Birmingham, deuxième ville du pays, avaient été infiltrés par des islamistes.

Le nouveau proviseur de l'établissement, Mohsen Ojja

Le nouveau proviseur de l’établissement, Mohsen Ojja

Lire la suite

Les musulmans de Russie demandent des plages séparées pour les hommes et les femmes

Une pétition proposée par la communauté musulmane de Moscou, visant à mettre en place des plages séparées pour les femmes, est en train d’obtenir un franc-succès et vient d’obtenir le soutien d’autres représentants religieux comme l’Église Orthodoxe russe, la communauté juive ainsi que la communauté bouddhiste. Cette demande a officiellement été adressée à la mairie de Moscou. Elle a été présentée par Albir Krganov, premier mufti de Moscou et à la tête du Directorat Spirituel des Musulmans de Russie. Il est par ailleurs membre de la commission nationale d’harmonisation des relations entre les groupes ethniques et religieux. Il a ainsi justifié cette requête par le fait que des centaines de milliers de croyants résidant à Moscou ne désire pas nager en des plages mixtes. « Comme tout le monde ne peut pas s’offrir des séjours à l’étranger,nous considérons comme nécessaire l’ouverture de zones de détente supplémentaires pour les résidents de la capitale qui ne peuvent rester sur des plages communes pour des raisons religieuses ou morales », a-t-il écrit dans la lettre accompagnant la pétition.

Albir Krganov, à la tête du Directorat Spirituel des Musulmans de Russie

Albir Krganov, à la tête du Directorat Spirituel des Musulmans de Russie

Lire la suite