En Malaisie, une police vestimentaire s’établit progressivement

Les femmes en Malaisie, pays longtemps perçu comme prodiguant un islam dit modéré, sont désormais interdites d’entrer dans les bâtiments gouvernementaux si leurs jupes révèlent trop de peau, ce qui engendre la crainte d’une hausse du conservatisme religieux dans un pays avec de nombreuses minorités non-musulmanes. Le premier ministre malaisien Najib Razak n’est pas intervenu au sujet de ce renforcement du code vestimentaire alors qu’il est confronté à des soupçons de corruption. Les divergences ethniques sont nombreuses en Malaisie et les personnes visées par ces critiques vestimentaires ne sont pas ceux qui sont membres de la communauté musulmane, soit 30 millions de personnes, environ les deux-tiers de la population. L’ethnie chinoise représente 25% et les indiens 7%. Ce code vestimentaire n’a rien d’une loi officielle, mais elle est appliquée de façon récurrente, ce qui choque de nombreux malais.

Najib Razak, le premier ministre malaisien

Najib Razak, le premier ministre malaisien

Lire la suite