Le blasphème, les religions : interview croisée de Caroline Fourest et Waleed Al-Husseini

Le blasphème existe-t-il? Si non, les croyants ne devraient-ils pas être les seuls à respecter son interdiction?

Caroline Fourest: Selon la définition du dictionnaire, il s’agit d’une parole ou d’un propos qui outrage le sacré, des gens considèrent ainsi que des idées sont sacrées et qu’on ne peut pas les questionner. On peut se rapproprier le mot de blasphème pour revendiquer le droit de bousculer ce qui est sacré, comme Charlie Hebdo.

Waleed Al-Husseini: La plupart des croyants sont en effet offensés par la critique des religions, qu’ils associent au blasphème, parfois même à tord par rapport aux sourates du Coran. Alors que l’on aurait besoin de pédagogie sur la laïcité en France, les intégristes veulent créer un délit de blasphème pour brider tout débat d’idées qui critique de la religion et ses interprétations. Si ces intégristes me traitent de Blasphémateur, c’est bien parce que le blasphème existe pour eux et que mes critiques dérangent leurs ambitions.

Caroline Fourest, journaliste et essayiste militante

Caroline Fourest, journaliste et essayiste militante

Lire la suite

Waleed Al-husseini, l’apostat, le militant

Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Waleed Al-husseini est un militant athée, ancien musulman ayant rejeté sa foi, et donc un apostat. Il a été arrêté et incarcéré en Palestine après avoir posté des messages critiques envers l’Islam et en faveur de l’athéisme. Cette arrestation avait soulevé la critique des associations des droits de l’homme, son arrestation et sa détention n’ayant pas trouvé de justification pénale. Très présent sur les médias ces derniers jours après les différents attentats terroristes liés à l’Islam de ces derniers mois, il a créé le groupe Conseil des ex-musulmans de France et écrit un livre Blasphémateur! Les prisons d’Allah, tout à la critique et à la dénonciation du coran et de l’Islam. Waleed Al-husseini considère que la pomme pourrie au sein de l’Islam est au cœur du texte, et que ses lois et ses valeurs ne sont pas compatibles avec la démocratie. Waleed Al-husseini Lire la suite